Kinwo, un village de la commune de Kétou a été le théâtre d’une attaque meurtrière le mardi 5 février dernier. Deux individus qui avaient le style vestimentaire des peuls ont arrêté une moto de marque Bajaj transportant trois personnes avant que l’un d’eux n’ouvre le feu sur le conducteur avec un fusil de fabrication artisanale. L’infortuné n’a pas survécu. Il s’appelait Gado et habitait à Kinwo.

C’est la troisième fois que la zone  enregistre les attaques du genre

C’était un habitué des peuls de la localité. Il jouait souvent les facilitateurs entre les populations et les peuls pour l’achat des bœufs. M Gado avait d’ailleurs conduit chez les peuls Goudadjou Djaola un cultivateur de la zone pour effectuer un achat de bœuf ce jour-là. Mais arrivés dans le campement des éleveurs, les bœufs n’étaient pas encore de retour du pâturage. Ils ont donc décidé de se rendre dans un autre campement. Les trois hommes y sont restés jusqu’à la nuit tombée rapporte l’Agence Bénin Presse.

C’est donc sur le chemin du retour qu’ils ont été attaqués par les deux malfaiteurs. Quand M Gado a été mortellement touché, son fils et Goudadjou Djaola ont pris  la fuite par peur d’être tués. Ils ont ensuite alerté les riverains qui ont remonté l’information à la police. A leur descente sur les  lieux du crime les policiers ont vu M Gado qui gisait dans une flaque de sang. Son corps a été remis à sa famille après un passage au centre de santé de Kétou pour  analyse médicale. Selon un élu local de Kiwo interrogé par l’ABP, « ça fait la troisième fois que (le village enregistre) des attaques du genre qui crée chaque fois des victimes , surtout en période de transhumance où on arrive jamais a identifié les peuls qui en sont les auteurs »

1 COMMENTAIRE

  1. Vous ne saurez jamais quel peulh a fait quoi.
    Les peulhs deviennes taciturnes quand il s’agit d’un des leurs.
    Voyez ce qui se passe au Burkina.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP saisissez votre nom
SVP, Entrez votre commentaire