Le 13e samedi de rassemblement du mouvement des gilets jaunes a été le théâtre de nombreuses scènes de violence. En effet, que ce soit dans les rues de Paris où manifestants et policiers en sont venus aux mains ou à Lyon, lorsque des membres de groupuscules d’extrême gauche et d’extrême droite ont décidé d’en découdre.

Lyon, terrain de jeu des extrêmes

Terrain fertile aux mouvances identitaires, la ville de Lyon est, depuis certaines années, l’épicentre d’une culture extrémiste grandissante.  Une situation qui inquiète les forces de l’ordre. Ainsi, le 9 février dernier, des manifestants d’extrême gauche en sont venus aux mains avec leurs homologues d’extrême droite. Selon les premières indications, ils étaient une centaine environ à grouper les rangs de la gauche, contre environ 80 personnes du côté de la droite. Les faits eux, ont éclaté au niveau du cours Lafayette dans le 3e arrondissement.

Des images de l’incident ont bien évidemment été tournées avant d’être retransmises sur les réseaux sociaux. De son côté, la préfecture a elle aussi tenu à réagir, mettant en garde via son compte Twitter toutes les personnes souhaitant se rendre dans les environs. La violence elle, sera particulièrement virulente et ce ne sont pas moins de 22 individus qui ont été arrêtés en marge de ce règlement de comptes. Un porte-parole de la préfecture a pour sa part confirmé que les services de sécurité sont constamment en alerte sur le sujet.

Des affrontements amenés à se répéter.

Une véritable guérilla entre gauche et droite qui semble devenir constante. En effet, selon Jean-Yves Camus, directeur de l’Observatoire des radicalités politiques, les représentants des deux bords tentent d’expulser l’autre de chaque cortège de manifestants. Bien évidemment, cela donne souvent lieu à certaines violences… Qui sont d’ailleurs amenées à prendre de plus en plus d’ampleur. «  Un jeu s’installe et il progressera au fur et à mesure que les manifestations baisseront en intensité ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP saisissez votre nom
SVP, Entrez votre commentaire