CRÉDIT: DAVID REDFERN / REFERNS

Près de 13 ans après le décès de James Joseph Brown connu sur scène avec le nom de James Brown, des voix s’élèvent pour demander de faire la lumière sur les conditions de sa mort. Selon certains de ses plus proches collaborateurs, la thèse d’assassinat serait la plus plausible dans cette affaire. « The Godfather of Soul » comme il aimait qu’on l’appelle avait en effet fait objet d’une enquête réalisée par la chaîne de télévision américaine CNN

De cette investigation journalistique, il ressort que les intervenants ont émis des doutes sur la cause de la mort de l’un des initiateurs du « funk ». A en croire le docteur Marvin Crawford, le médecin qui a signé le certificat de décès de l’artiste en 2006, l’illustre disparu n’est pas mort naturellement. Selon lui quelque chose d’anormal s’est produit. « Il a changé trop rapidement. Ce n’était pas le genre de patient à faire une crise cardiaque » avait-il martelé.

Une autopsie pour résoudre l’énigme de sa mort

Selon le journaliste de CNN Thomas Lake, auteur de l’enquête dont la réalisation aura duré deux longues années, beaucoup de raisons poussent à se pencher sur la thèse de l’assassinat. Son travail d’investigation qui s’est appesanti sur les documents que lui ont fournis la chanteuse Jacqueline Hollander a révélé également des points d’ombre sur d’autres décès notamment, celui de la troisième épouse de James Brown, Adrienne.

L’investigation révèle aussi que Yamma, la fille du disparu s’était opposée à la réalisation de l’autopsie de son père. Son ex-mari a été assassiné en 2008 alors qu’il émettait publiquement des doutes sur les causes réelles de la mort de son ancien beau père. « Des questions légitimes se posent sur la mort de James Brown et celles-ci ne peuvent être uniquement résolues par une autopsie et une enquête criminelle » a fini par conclure le journaliste de CNN.

Voir les commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom