Le 20 décembre dernier, les autorités judiciaires centrafricaines avaient émis un mandat d’arrêt international à l’encontre du français Christophe Raineteau. Ce dernier est accusé par Bangui d’être un mercenaire qui fut en étroite collaboration avec des membres de la rébellion centrafricaine, notamment le général “Force” commandant de la Seleka.

Le général Force est notamment recherché par les autorités centrafricaines pour son rôle dans l’attaque contre l’Eglise de Fatima à Bangui le 1er mai 2018. Il faut dire que la Centrafrique a minutieusement œuvré pour retrouver les traces de Christophe Raineteau. C’est ainsi que Bangui a localisé Raineteau à Madagascar. Dans le mandat d’arrêt, la Centrafrique reproche à Christophe  Raineteau d’avoir soutenu le général Force dans tout une série de forfaits dans la capitale Bangui et dans d’autres zones du pays.

Des preuves irréfutables

Fort de la coopération judiciaire qui lie Madagascar à la Centrafrique, Tana a mis aux arrêts le lundi 4 février, Christophe Raineteau. Ce samedi, une délégation de la justice centrafricaine devait se rendre sur l’île pour étudier le cas du français. Cependant, l’entourage de ce dernier a manœuvré pour que la justice malgache extrade Christophe Raineteau vers la France plutôt que vers la Centrafrique.

La justice centrafricaine a indiqué qu’elle dispose de preuves flagrantes qui montrent que Christophe Raineteau a fourni bien des services à la Seleka. C’est ainsi qu’il a été extradé vers Paris au grand dam de la Centrafrique.

3 Commentaires

  1. La France a fait son travail en empêchant deux pays instables en droit de négocier la vie de l’un de ses ressortissants. Si la justice de la République Centrafricaine possède des preuves irréfutables de son implication criminelle comme elle l’affirme, qu’elle les présente donc à la justice française qui s’assurera que Monsieur RAINETEAU réponde de ses actes comme tout justiciable. Pour le moment, il semble qu’il s’agisse juste d’allégations à caractère politique sans grand rapport avec des infractions pénales.

  2. La justice centrafricaine et jeunes réveillé nous tr c’est tr je suis jeune centrafricaine vive à Libreville au Gabon réveiller nous me frère et soeur centro lute contre force du mal comme la France

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP saisissez votre nom
SVP, Entrez votre commentaire