il y a quelques semaines, la décision d’Abdelaziz Bouteflika de briguer un 5e mandat à la tête de la présidence algérienne a plongé le pays dans une profonde instabilité politique. En effet, le peuple algérien s’est uni pour dire non au 5e mandat de Bouteflika qui dirige l’Algérie d’une main de fer depuis 1999. Des manifestations se sont ainsi déroulées dans plusieurs villes algériennes pour contraindre Abdelaziz Bouteflika à renoncer à son projet.

Loading...

Bouteflika, qui est affaibli par la maladie depuis quelques années maintenant a rarement été confronté à une pareille contestation sociale. Alors qu’il était en Suisse pour des examens médicaux, il est rentré en urgence dans son pays pour gérer la crise. Il a renoncé à briguer un nouveau mandat et il a annoncé une série de mesures pour essayer d’atténuer la tension sociale.

L’étau se resserre autour de Bouteflika

Depuis plusieurs jours, le président algérien a entamé différentes tractations dans l’optique de la mise en place d’un gouvernement d’ouverture. Malgré les décisions prises par le président algérien, le peuple algérien en veut plus. La contestation continue et les manifestants refusent la prolongation du quatrième mandat de Bouteflika.

Les algériens réclament aussi le départ de tout un système politique qui est aux affaires, depuis une vingtaine d’années. Des manifestations étaient prévues pour ce vendredi 19 mars pour continuer à mettre la pression sur le pouvoir en place. La diaspora algérienne est elle aussi déterminée à poursuivre la lutte, d’où les rassemblements qui ont eu lieu dans des villes françaises comme Marseille et Paris. 

Voir les commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom