Elle n’a duré qu’environ 45 minutes, la plénière de ce vendredi 22 mars 2019 à l’Assemblée nationale, qui devrait connaitre de la proposition de loi dérogatoire, modificative et complétive de la loi n°2018-31 du 9 octobre 2018 portant Code électoral en vue des élections législatives de 2019 au Bénin. Le président a mis très tôt fin aux débats.

Loading...

Après l’ouverture aux environs de 13 heures, le patron du parlement béninois, Me Adrien Houngbédji a juste décidé d’affecter cette proposition à la commission des lois de l’Assemblée nationale. Il s’agit, a-t-il informé, exactement du texte tel que proposé par le comité paritaire des 5 députés qu’il a présidé.

Il aurait voulu recevoir et prendre en compte l’avis de l’ensemble des partis politiques à propos,   comme il l’a fait pour la proposition de Loi dérogatoire, modificative et complétive de la loi n°2018-23 du 17 septembre 2018 portant Charte des partis politiques en vue des élections législatives de 2019, mais cela n’a pas été fait.

Les députés pro-talon boycottent la concertation

Aux dires, du président de l’Assemblée nationale, la concertation prévue pour la soirée du jeudi 21 mars 2019 à 19 heures autour de cette proposition n’a pas eu lieu. Et pour cause, aucun parti de la mouvance n’y était. Seuls, trois partis de l’opposition ont répondu présents, à en croire Me Adrien Houngbédji. «Donc, il n’y a pas eu concertation» a-t-il informé. Du coup, il a décidé d’affecter le texte tel que proposé par le comité paritaire, à la commission des lois, en invitant le président de ladite commission à l’étudier dans les meilleurs délais.

Procédure contestée

Cette décision n’a pas été du goût de certains députés. L’honorable Guy Mitokpè se dit surpris de cette transmission à la commission de lois, sans la concertation avec les partis politiques. Cela voudra dire que ces derniers n’ont pas apporté leur caution à la proposition transmise. Il déclare que son groupe parlementaire et lui ne se reconnaissent pas dans le texte proposé.

Pour le secrétaire général du parti Restaurer l’Espoir (RE), si le document en question est effectivement celui dont il a eu vent sur les réseaux sociaux, le problème reste entier. A ses dires, ledit document n’aborderait pas certains points objets de la crise actuelle dont la question des 10% pour la répartition des sièges, la caution à payer par les partis pour leur candidature aux élections,  etc.

Mais pour le député André Okounlola de la majorité,  il n’y a aucun problème. «Nous avons des textes en vigueur et on doit organiser les élections. La démocratie, c’est le jeu de la majorité» déclare-t-il. Après son intervention, le débat est devenu houleux. Mais c’était inutile, selon le  président l’Assemblée nationale.

Il a suspendu la séance en renvoyant ceux qui ont éventuellement des observations à se rapprocher de la commission des lois. Pour l’instant, les regards sont tournés vers cette commission qui a promis déposé son premier rapport lundi 25 mars prochain.

Voir les commentaires

6 Commentaires

  1. En tout cas moi j’ai a vous dire à vous les politiciens d’aujoud’hui faisons beaucoups d’attention si non le pays c’est n’est pas pour vous c’est pour Dieu c’est ce qui a refusé les anciens politiciens morts et vivants pour amèner les lois et les passé n’ont pas touché et comment cela ce fais tu que vous les nouveaux politiciens vont touché à ces lois qu’il ne faut même pas touché. Que veux tu pour vous pour le pays mefiez-vous si non vous allez ramassé les points cassé

  2. On ne va pas tout le temps parler politique. On vient de lever pour la première fois de notre histoire des Eurobondqui équivaut à 325milliards de nos francs , les 120mwh sont là, 700mille tonnes de coton, l’électricité avance l’eau également etc… je prie vivement pour l’implémentation de L’ARCH car les gens souffre vraiment et c’est ça le développement, petit à petit on y arrivera.Talon n’est pas parfait mais reconnaissons qu’il essaie sa réussite est la nôtre, son échec aussi. Du courage Talon…

  3. La majorité ne cédera pas sur les 10% car c’est ça qui force les gens à se regrouper, on peut quand même revoir la caution à 100millions et que l’USL aille se régulariser par rapport à la situation d’Adjavon en tant que membre fondateur car l’action en justice n’a pas marché ,il organise rapidement un AG extraordinaire et le tout est joué car il n’est pas logé à la même enseigne que PRD, RE et FCBE qui sont des anciens partis et qu’ils ne viennent pas nous dire qu’ils ont été exclus.C’est difficile de disparaître car c’est par c’est micro partis que les gens arrivent à manger. Avec 1 député les gens se tapent des millions mais il faut faire son égo et avancer. Il n’y a plus question dorénavant du Fils du terroir car même si je fils du terroir est élu et si sa liste n’a pas les 10%,il est éliminé. Ainsi on aura un maillage.

  4. Mr Matou, donc qu’on aille encore en arrière avec les partis politiques de quartier d’arrondissement de commune et de département comme si le ridicule ne tuait pas. Allons de l’avant je croyais que l’opposition voulait juste le certificat de conformité et allez aux élections. Cette opposition a plutôt peur d’aller aux élections ,certains ont peur de disparaître avec la nouvelle chartes des partis politiques. La Démocratie est un peu de majorité et quelque soit le consensus recherché on doit en tenir compte, les autres ont accepté de disparaître dans la douleur par leur micro partis .A eux d’en faire autant. mais si ils sont capables d’aller avec eux anciens partis et obtenir les 10% tant mieux la loi c’est la loi. Combien de fois certains ont appelé à l’Union des partis de l’opposition, seuls les FCBE peuvent challenger les blocs de la mouvance

  5. La maman de l’assemblé nationale Rosine avait tenu ce vendredi 22 mars de faire recour au l’ancien code électorale.

  6. Talon doit discipliner ses députés. Ils se voyaient déjà élu n’ayant, étant les seuls candidats sans l’opposition. Qu’ils comprennent que la situation a changé.
    Houngbedji et Talon doivent s’entendre pour introduire les anciennes lois.

Répondre à vivelarupture Annuler la réponse

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom