L’unité n’est peut-être pour tout de suite au sein de la formation politique de l’ex-président ivoirien. La rencontre prévue entre Laurent Gbagbo et son ancien premier ministre Pascal Affi N’Guessan, a finalement été avortée. Les deux anciens collaborateurs s’étaient donnés rendez-vous à Bruxelles pour discuter de la réunification du Front populaire ivoirien (FPI), divisé en deux depuis 2014. Mais ils ne se sont visiblement pas entendus sur certains préalables.

«Eclaircissement préalable et public»

Laurent Gbagbo, selon le communiqué rendu public par son secrétaire général, demande à Pascal Affi N’Guessan de reconnaître par une déclaration publique, la légitimité de la branche du FPI dirigée par l’ancien président. «Eclaircissement préalable et public» avait écrit Assoa Adou dans son communiqué. Mais du côté de l’ancien premier-ministre, ce procédé n’est pas en accord avec la volonté d’unité de la formation politique qui l’anime.

«J’ai trouvé l’esprit de cette déclaration, son contexte et son contenu méprisant, insultant et contraire à l’esprit de réconciliation et d’unité du parti qui m’anime. En conséquence, j’ai refusé, j’ai dit “Non”» justifie-t-il. Ce «Non » qu’il a prononcé lui a fait rebroussé chemin. Même si Laurent Gbagbo dit être toujours ouvert au dialogue dans le but de trouver une solution à cette crise, il martèle toutefois que les discussions ne pourront véritablement avoir lieu que quand la partie d’en face sera prête.

Voir les commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom