Tariq Ramadan, un érudit islamique de haut rang et incarcéré en France en février 2018 a été libéré sous caution en novembre après avoir persuadé les juges qu’il ne constituait pas une menace à la fuite suite à sa quatrième tentative de demande de libération de la prison de Fresnes. A sa sortie et pour sa première apparition publique, l’universitaire suisse de 56 ans, s’invitait à une conférence publique contre les violences faites aux femmes. Une présence fort ‘’remarquée’’.

Loading...

Quand Schiappa se fâche

Marlène Schiappa, la secrétaire d’État française à l’Égalité entre les femmes et les hommes, très dans son rôle a réagit ce mercredi sur le sans-gêne du théologien au cours d’une émission sur Europe 1. “C’est honteux” se serait-elle écriée. Pour la secrétaire d’état, l’homme s’était sciemment présenté avec la volonté manifeste de faire un bras d’honneur psychologique à l’opinion publique. Elle a dit en substance que l’homme en examen pour des faits hautement probables de « violences sexuelles », était suffisamment conscient que sa présence pourrait mettre très mal à l’aise les victimes potentielles de ce genre d’abus qui aurait pu être présente.

« Il lui a été dit à plusieurs reprises que sa présence n’était pas souhaitée » mais racontait-elle, Ramadan n’en avait aucunement fait cas obligeant des femmes à quitter la salle. Elle a estimé que son refus de quitter la salle est une insulte envers « des personnes légitimement choquées par sa présence ». Aussi la municipalité de la commune organisatrice de l’évènement dans un communiqué  aurait-elle demandé à M. Ramadan de « respecter un minimum de décence en laissant en paix celles et ceux qui se battent contre les violences faites aux femmes ».

Voir les commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom