La république démocratique du Congo, assurait, après moult remous et tractations électorales, l’alternance au pouvoir après 18 années de présidence de Joseph Kabila. Le président partait, mais restait très présent sur la scène publique et politique du pays par une coalition de partis politiques fédérés autour de sa personne. Le nouveau président Felix Tshisekedi, conscient du consensus qui l’avait mené à la tête du pays devra sur bien des questions faire antichambre commune avec l’Ancien.

Loading...

Quand Kabila se pose en maitre du jeu…

Aux dernières élections législatives et provinciales, le FCC, le Front Commun pour le Congo, une coalition de partis acquise à la cause de l’ancien homme fort du pays, raflait la quasi-totalité ces sièges disponibles, « 20 des 24 présidences des Assemblées provinciales » rapporte la presse du pays. Un état de chose qui aurait permis au FCC et à la coalition CACH de Tshisekedi de s’arroger 6 des 7 postes qui composent le bureau exécutif de la nouvelle législature.

Du coup et selon la Constitution du pays, le poste de futur Chef de gouvernement devra être discuté entre le FCC et le CACH puisque leur alliance était majoritaire à l’Assemblée. Mais de manière plus technique, le FCC plus représenté aura donc le loisir de proposer un candidat qu’il ne devra juste présenter qu’à l’aval du CACH. Et ce serait là que le bât blesse. Selon la presse internationale les deux camps auraient du mal à se mettre d’accord ; le président ayant rejeté, de l’avis des médias congolais, une précédente proposition de Kabila, Albert Yuma, un fidèle au régime.

Cependant de l’avis des observateurs, le Président Tsisekedi, n’aurait les coudées franches pour mener à bien son mandat qu’avec la collaboration du FCC, partit pour avoir la main mise sur bon nombre d’institutions du pays. Et même si le président Tshisekedi avait des idées plutôt bien arrêtée sur les années ‘’Kabila’’ ; des idées qu’il avait énoncé au cours de son périple américain et qui avaient soulevé un tollé au sein du FCC ; il se devrait de composer avec l’ancien président.

Voir les commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom