Le secrétaire général de la Confédération syndicale des travailleurs du Bénin (CSA-Bénin) était l’invité de l’émission « Grand Format » de la chaîne de télévision Canal 3 Bénin hier dimanche 31 mars. Le syndicaliste est venu opiner sur la situation au parlement. En effet les députés de la majorité et de la minorité parlementaire peinent à trouver un consensus pour sortir le Bénin de l’impasse électorale.

Loading...

L’opposition fait de la “surenchère”

Dans son intervention, Anselme Amoussou n’a ménagé aucun des deux camps. Il s’est d’abord attaqué aux députés de la mouvance présidentielle. Pour lui, ces parlementaires fidèles à Patrice Talon ne sont pas sur la même longueur d’onde que lui. « A la suite de la rencontre avec les acteurs politiques, la majorité présidentielle dit qu’elle n’a pas de propositions à faire, alors c’est parce qu’il y a problème qu’il y a blocage, que leur leader a demandé de travailler à trouver la solution de sortie de ce malaise. Lorsqu’on regarde la Nation, devrait-on avoir ce genre d’attitude et dire qu’on a passé l’examen et qu’on n’attend que les autres pour avancer ? Leur comportement prouve qu’ils ne sont pas sur la même longueur de pensée que le chef de l’Etat » a déclaré le patron de la CSA-Bénin avant s’en prendre à l’opposition.

Pour Anselme Amoussou, si la mouvance n’est pas fidèle aux volontés du chef de l’Etat, l’opposition également n’est pas exempt de tout reproche. Elle fait dans la « surenchère » avec des exigences pratiquement inacceptables remarque le syndicaliste. L’invité du “Grand Format” demande aux députés d’explorer d’autres pistes de sortie de crise s’ils ne veulent pas être comptable des « risques qu’ils font courir à notre démocratie ». Les béninois ne laisseront personne mettre à mal les acquis démocratiques, quel que soit le camp politique d’où il vient, prévient le syndicaliste. Il a par ailleurs manifesté sa surprise de voir le BMP désobéir au chef de l’Etat. Pour le patron de la CSA-Bénin les députés qui sont fidèles à Patrice Talon ne suivent pas ses recommandations.

“Ils s’amusent un peu trop pour l’instant”

Il revient donc au président de prendre les choses en main et de jouer sa partition pour ne pas remettre en cause sa crédibilité vis-à-vis du peuple béninois, conseille Anselme Amoussou. Le syndicaliste a aussi marqué son opposition à toute révision de l’article 80 de la constitution pour proroger le mandat des députés. A l’en croire, les parlementaires doivent comprendre qu’il ne faut pas faire une révision opportuniste de la constitution . « S’ils peuvent être conscients de cette réalité, ils comprendront et trouveront la solution de sortie de crise. Ils s’amusent un peu pour l’instant, mais l’heure est venue d’arrêter ce jeu et d’aller vers le concret » a t-il déclaré.

Voir les commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom