Le verdict est tombé mardi 23 avril 2019. L’ex ministre de l’Économie du Bénin, Komi Koutché ne sera pas extradé. La justice espagnole a rejeté la demande introduite par le gouvernement de son pays. Dans un communiqué, le collectif de ses avocats est revenu sur les faits, les procédures et le contenu de la sentence.

Dans le texte signé de Maitre Jaime Sanz de Bremond, les avocats de Komi Koutché rappellent que leur client a été arrêté le 14 décembre 2018 à Madrid à l’effet d’exécution d’un mandat d’arrêt déjà révoqué par le juge de Cotonou qui l’a émis mais « introduit frauduleusement des mois plus tard dans les notices rouges de Interpol par le gouvernement du Bénin ». Ils parlent d’un abus de confiance de Interpol par les autorités béninoises.

C’est dans d’un dossier relatif à la gestion du ministre en sa qualité de directeur général du Fonds national de la microfinance (FNM). Il y a eu un autre mandat d’arrêt émis le 27 décembre 2018, après son arrestation à Madrid puis une demande d’extradition. Ceci, sous prétexte qu’il n’aurait pas répondu à une convocation de la Cour de Répression des Infractions Économiques et du Terrorisme (CRIET) le 18 décembre 2018.

Poursuite politique

Derrière tout ceci, il n’y a que des motivations politiques selon les avocats de Komi Koutché. Après un rappel de la longue procédure depuis le 14 décembre 2018, ils démontrent qu’il s’est agi entre autres, d’une « arrestation arbitraire d’un opposant » et qu’«aucune infraction n’a pu être démontrée contre Komi Koutché». Ce dont les juges de la chambre criminelle se sont rendu compte aussi. Lire ci-dessous, l’intégralité du communiqué.

1 COMMENTAIRE

  1. Le point positif dans tout ceci, c’est que certains avocats ____ du régime ont eu l’occasion de se frotter à leurs collègues espagnols et de mesurer le fossé qu’il y a entre eux… Un peu d’humilité et de remise en cause ne leur feront pas de mal…

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom