L’affaire Benalla n’a pas fini de défrayer la chronique en France. Le sujet s’est invité dans une conférence de presse du président français Emmanuel Macron à l’Elysée. L’affaire qui a commencé avec une vidéo dans laquelle ce proche du président Macron est apparu en train de molester un manifestant le 1er mai 2018 à Paris, a rapidement pris des proportions importantes.

Loading...

L’utilisation par Alexandre Benalla d’un passeport diplomatique encore valide a fait bondir l’opposition qui s’était emparée de l’affaire. La commission des lois du Sénat a travaillé sur l’affaire et détecté des dysfonctionnements et défaillances au niveau de l’Elysée concernant certains aspects du dossier.

L’Elysée n’a « jamais protégé » Benalla

Le président Macron est longuement revenu sur ses relations avec son ex-chargé de mission lors d’une conférence de presse à l’Élysée. Emmanuel Macron dit ne pas regretter tout ce temps passé avec Benalla et tout le travail abattu ensemble. Il reconnaît que ce dernier a fait des fautes « très graves », même s’il demeure innocent jusqu’à ce que les preuves de sa culpabilité soient établies.

Concernant le fait que l’Elysée aurait protégé Benalla au début de l’affaire, Macron est formel : l’Elysée n’a « jamais protégé » Benalla. Il a d’ailleurs été « sanctionné » et « licencié » par l’Elysée et n’a jamais été protégé des services administratifs. Cependant, Macron dit regretter le fait que Benalla n’ait pas donné « une bonne image », ce qui fait partie des risques possibles avec des collaborateurs dont on ne peut pas toujours « tout savoir ».

Voir les commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom