Le président récemment élu de la République Démocratique du Congo, arrivait au pouvoir à la suite de moult tractations politiques. Décrié par les ‘’anciens camarades’’ de l’opposition, Félix Tshisekedi est également accusé de vouloir désavouer le bloc ‘’Kabila’’ qui l’aurait soutenu dans son ascension.  Ce dimanche de Pâques, le clergé congolais profitait de sa présence à l’une de ses messes pour lui rappeler qu’il n’était pas le choix du peuple.

Une église Congolaise engagée

« Les récents éléments politiques n’ont pas beaucoup réalisé les rêves de notre peuple » aurait déclaré, rapporte une agence de presse internationale, Mgr Fridolin Ambongo Besungu, archevêque de Kinshasa, au cours de la messe commémorative de la doctrine pilier de la Foi Chrétienne, la Résurrection de Jésus-Christ de Nazareth. Le prélat aurait profité de la présence à cette messe, concélébrée par d’éminents membres du clergé congolais, du président de la République du Congo, Félix Tshisekedi, pour dire selon lui le sentiment populaire et la position de l’Église.

Une attaque frontale de la part d’un prélat quoique réputé pour son franc-parler. Mais Mgr Besungu, dans une homélie aux allures de réquisitoire sociale, déclarait que sa position et l’essence même de son sacerdoce l’obligeaient à rappeler que « les espoirs de tout un peuple ont été brisés et sacrifiés à l’autel des intérêts et calculs égoïstes de quelques personnes créant ainsi frustration et découragement ». Le Prélat, ne faisait selon le média international, que rappeler ; la position de l’Eglise congolaise qui avait délégué une commission à la supervision des dernières élections présidentielles et dont les rapports avaient été infirmés par les résultats proclamés.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom