Le président américain, Donald Trump, n’a pas apprécié. En effet, après que certaines informations aient fait état d’un incident entre militaires mexicains et américains, ce dernier a vite décidé de réagir. Une réponse qui a d’ailleurs provoqué un nouveau regain de tension entre les deux États voisins.

Loading...

Selon certaines sources, les soldats mexicains auraient ainsi pointé leurs armes directement vers des dollars de la garde Nationale. Visiblement touché par cette annonce, le président Trump a très vite accusé les militaires mexicains d’être de mèche avec les trafiquants de drogue œuvrant à la frontière, en faisant une sorte de diversion. S’il n’a pas précisé de quel événement il s’agissait, certains experts estiment que le président américain aurait directement fait référence à un incident survenu le 13 avril dernier, près de Clint au Texas. Ce jour-là, une demi-douzaine de militaires mexicains auraient braqué et désarmé deux soldats américains.

Le Mexique, encore pointé du doigt par l’exécutif américain

En guise de réponse, celui-ci a ainsi confirmé l’envoi de troupes armées, sur les lieux de l’événement et tout le long de la frontière. Une sortie qui intervient dans un contexte tendu ou de plus en plus de migrants Mexicains et d’Amérique Centrale, tentent de passer la frontière en quête d’une vie meilleure. Engagés contre cette immigration de masse, le président Trump et tout l’exécutif ont par ailleurs accusé le gouvernement voisin de ne rien faire afin d’enrayer la machine. « Les militaires mexicains ont cru que les soldats américains se trouvaient au sud de la frontière », mais ces derniers « se trouvaient bien sur le territoire américain » a d’ailleurs rajouté le Pentagone, estimant donc que des militaires mexicains ont posé les pieds sur le sol américain.

418.000 migrants d’ores et déjà arrêtés

Toutefois, après cette rencontre fortuite, les militaires mexicains ont très vite compris leur erreur et auraient quitté les lieux sans plus attendre. De son côté, le président Trump souhaite utiliser cet exemple afin de prouver que la frontière américaine n’est pas sécurisée. Un argument de plus pour celui qui souhaite absolument voir un mur s’ériger entre le Mexique et les États-Unis. En outre, celui-ci a profité de l’occasion pour souligner le travail réalisé par la police des frontières, qui selon les premiers chiffres, a déjà interpellé 418.000 clandestins, « beaucoup plus que l’an dernier ».

Voir les commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom