La Libye et l’Italie ne semblent pas s’accorder sur les conséquences de la nouvelle crise qui a vu le jour entre les troupes du maréchal Khalifa Haftar et le Gouvernement d’Union National (GNA) soutenu par l’ONU. Pendant que le quotidien Il Corriere della Sera annonce l’envahissement d’un nombre impressionnant de migrants, La Stampa quant à lui parle d’une certaine exagération de la part des autorités libyennes.

Loading...

Nouvelles difficultés pour l’Italie

«Sarraj a parlé de 800 000 personnes, mais peut-être son objectif était-il d’effrayer, d’attirer l’attention sur la crise libyenne et de recevoir de l’aide » avait indiqué le journal La Stampa. Pour ce quotidien, «l’estimation plus réaliste, effectuée sur le terrain, parle d’environ 100 000 êtres humains qui ont pratiquement déjà les pieds dans l’eau ». Ce média attire également l’attention sur les probables difficultés auxquelles les autorités italiennes seront confrontées si « l’offensive du maréchal Haftar contre Tripoli se transformait en une guerre civile ».

Il fait observer qu’il serait difficile dans ce cas de repousser ces personnes qui afflueraient sur les côtes italiennes. « Le statut légal de migrant changerait. » a indiqué La Stampa. Rappelons que depuis la chute du régime du guide libyen, deux camps s’opposent dans ce pays à fort potentiel minier. Le Gouvernement d’Union Nationale (GNA) qui est reconnu par les Nations Unies est combattu fortement par le maréchal Haftar qui ne reconnaît pas son autorité.

Voir les commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom