Lundi dernier, le président américain Donald Trump s’est entretenu avec le général libyen, Khalifa Haftar. Contre toute attente, le pensionnaire de la Maison Blanche n’a pas hésité à louer le rôle joué par le général dans sa lutte contre le terrorisme et sa défense des ressources pétrolières libyennes. Une déclaration qui intervient alors même que ce dernier est toujours en lutte contre le gouvernement Libyen, protégé par les Nations unies et… Les États-Unis.

Une annonce d’ailleurs confirmée par la Maison-Blanche ce vendredi. Dans un communiqué de presse, la discussion téléphonique entretenue par les deux hommes a ainsi été officialisée. Toutefois, si le soutien de Trump à Haftar concernant ses actions en faveur de la lutte contre le terrorisme et la sécurisation de la Libye ont été louées, il n’a nullement été fait mention des offensives répétées de ce dernier sur Tripoli et de ses envies d’en découdre avec les personnes installés à la tête du pays et directement soutenues par Washington.

Un revirement inattendu

Il y a quelques semaines, le secrétaire d’État Mike Pompeo assurait que Washington était totalement opposé à ces offensives, invitant d’ailleurs les principaux acteurs à cesser immédiatement les opérations militaires en cours. Selon le gouvernement américain, les vie de milliers de civils sont actuellement en jeu, au même titre que leurs aspirations à un meilleur futur. 213 personnes ont d’ores et déjà trouvé la mort suite aux répercussions de ce conflit alors qu’ils ont été plusieurs centaines à avoir été blessés.

Haftar, salué par l’administration Trump

Interrogé sur cet entretien et ce surprenant soutien, le Pentagone lui, a assuré que la ligne de conduite quant à la résolution du conflit Libyen était toujours la même et que l’intervention militaire n’était pas l’option privilégiée. Pat Shanahan, ministre américain de la Défense l’a rappelé, assurant que la Libye n’avait pas besoin de nouveaux affrontements. Toutefois, le gouvernement américain tenait à saluer le travail effectué au préalable par le général Haftar, qui a su contenir et maîtriser le terrorisme dans une région qui, désormais aspire à la démocratie.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom