Des militaires maliens étaient pris à parti par une faction de l’organisation terroriste Boko Haram ce dimanche. Une attaque surprise et meurtrière dans un des camps reculés de l’armée loyaliste. Une énième attaque frontale des terroristes qui maintenaient la pression sur les troupes au front, et endeuillaient plus d’une dizaine de familles maliennes.

ISWAP fait encore des victimes

Ce dimanche 21 avril, les forces armées maliennes communiquaient sur réseau social sur l’attaque dont ils avaient été victimes ; « Les FAMa (forces armées maliennes), ont été attaquées ce dimanche 21 avril 2019 aux environs de 5 heures à Guiré, dans le secteur de Nara, des renforts y ont été dépêchés. Les évaluations en cours ». Cependant rapporte la presse internationale, les pertes en vies humaines dépasseraient la dizaine pour les soldats maliens.

Le groupe de l’État islamique en Afrique de l’Ouest, ISWAP du nouveau leader, Abou Mossab Al Barnaoui,  selon la presse, focaliseraient  l’essentielle de sa répression contre qu’ils considèrent être « les symboles d’oppression ou de répression gouvernementaux » autrement dit les camps de base militaires. Des attaques qui auraient pour but, selon les observateurs, de saper le morale des troupes envoyés sur le front terroristes. Une armée malienne qui devrait également faire avec d’autres groupuscules terroristes tels ‘’Katiba Macina’’ liés à l’Organisation terroriste ‘’Ansar Dine’’. En mi-mars les militants de ‘’ Katiba Macina’’ attaquaient un camp de l’armée malienne à Dioura, dans la Région de Mopti,  et faisaient 26 soldats de tués.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom