Le président nigérian Muhammadu Buhari, remportait début Avril un second mandat présidentiel, le dernier selon la constitution nigériane, à la tête du géant ouest africain. Un occasion donc, pour de nombreux médias nigérians de faire des bilans aussi éclectiques qu’inattendus des années passées par l’ancien général à la tête du pays.

Un président voyageur…

Un média nigérian avait choisi entre autres bilans de faire une rétrospective des différents déplacements du président au cours du mandat écoulé. Dans un rapport qu’il publiait ce samedi 20 avril, le média faisait une révélation pour le moins surprenantes, le président Buhari au cours des quatre années qu’avaient duré son mandat, aurait passé presque plus du quart de son mandat en dehors du territoire.

Des déplacements qui selon cet organe de presse, auraient été effectués pour des raisons diverses. Raisons médicales, voyages officiels, représentation internationale ou encore, rencontres avec les bailleurs de fonds; en tout 404 jours soit 01 année et 39 jours passés hors de son pays. Et si le président avait une prédilection particulière pour l’ancienne colonie, le Royaume Uni, 212 jours ; des voyages aux USA, en France, en Chine et en Jordanie, occuperaient le haut du tableau des plus réguliers avec 76 jours en cumul dans ces quatre états.

Des appréciations partagées au sein de la classe politique

Le président serait donc un gros voyageur. Des voyages, qui selon le média ne se seraient arrêtés que pour la campagne électorale présidentielle et sitôt les élections passées, M. Buhari repartait du 02 au 13 avril, pour le Sénégal, la Jordanie, les Emirats arabes unis et le Tchad.

Et si pour les détracteurs du président, ces voyages étaient budgétivores et servaient au Président de prétexte pour fuir la pression de l’insécurité liée à Boko Haram ou encore du scandale des affaires de corruption ayant éclaboussé certains de ses proches ; pour la mouvance présidentielle, le président devrait « être félicité pour ne pas s’être lancé dans des voyages frivoles ». Car malgré sa mauvaise santé, « les voyages du président ont été bénéfiques(…) axés sur des éléments cruciaux pour le développement de ce pays (…)Nous ne pensons pas qu’il s’agisse du nombre de jours qu’il a parcourus, mais de l’objet de ses voyages et des avantages que le pays en retire » déclarait à la presse à ce sujet Lanre Issa-Onilu, secrétaire nationale à la publicité du parti au pouvoir.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom