Les émissions de téléréalité en France depuis 2001 bénéficieraient d’un accueil du grand public, de plus en plus grand. Avec des records d’audience pour les chaînes de télés les diffusant, ce type développeraient au fur et à mesure de  leur évolution, un microcosme sociale et médiatique qui amèneraient les acteurs impliqués à développer certaines valeurs sociales , mais bien souvent aussi certaines tares.

Quand la drogue et la prostitution s’en mêlent

Dans une émission télévisée ce jeudi, des acteurs et anciennes gloires des émissions de téléréalité, témoignaient face caméra avoir sinon eux-mêmes fait usage, du moins être au courant des pratiques de certains de leurs co-acteurs quant à la consommation de drogue dure. Dans Touche pas à mon Poste, Emilie du Show ‘’Les Anges de la téléréalité’’ témoignait ; « le staff nous accompagnait pour aller chercher nos drogues » comme pour dire que ce vice était accepté même des organisateurs qui ne semblaient ne vouloir reculer devant rien pour pouvoir faire assurer le spectacle  par les acteurs.

Allant même jusqu’à fournir eux-mêmes la substance illicite par « système de blanchisserie » interposé, corroborait Benjamin Castaldi, qui fut animateur dans deux des plus célèbres émissions du genres ; « il y avait un système (…)il faisait rentrer de la cocaïne dans les cols de chemise » aurait-il déclaré.

La prostitution serait elle comme une sorte de rançon de la célébrité engendrée par la popularité des émissions. Cependant pour Emilie, les actrices qui s’adonnaient à ce genre de commerce étaient pour la plupart « des filles qui faisaient ça avant la téléréalité », avec pour fait remarquable que cette fois le commerce devenait plus lucratif ; « elles valent beaucoup plus cher à partir du moment où elles sont connues à la télévision » expliquait Jean-Michel Maire, chroniquer à TPMP.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom