«Le festival de Cannes ne condamne pas la liberté d’expression ». Ces propos de Thierry Frémaux, délégué général du festival de Cannes sont relatifs aux réactions qui ont suivies l’annonce de la palme d’or d’honneur qui sera décernée au célèbre acteur Alain Delon. Le choix porté sur sa personne pour la 72e édition de cet événement qui aura lieu le 19 mai a suscité indignation et colère dans le rang de certains observateurs et surtout de l’Organisation américaine Women and Hollywood dans les médias.

«Alain Delon a le droit de penser ce qu’il pense»

Il est en effet reproché à celui à qui plus de 80 films sont attribués, certains propos à caractère homophobe, misogyne et raciste. Pour s’insurger contre le choix des organisateurs de la 72e édition du festival de Cannes, une pétition a été lancée sur internet par Margherita B. Cette initiative anti-Delon a reçu l’adhésion d’un nombre non négligeable d’internautes. Les dernières estimations font état de plus de 16.000 signatures.

La sortie médiatique faite le lundi dernier par le directeur du festival a eu pour but d’expliquer la position des organisateurs de l’événement sur cette polémique. Pour lui, même s’il ne partage pas les propos de Alain Delon, la festival doit permettre au nominé de s’exprimer. «Alain Delon a le droit de penser ce qu’il pense» avait déclaré Thierry Frémaux.«Il est compliqué de juger avec les lunettes d’aujourd’hui des choses qui se sont passées et dites il y a quelques années», a-t-il ajouté.

1 COMMENTAIRE

  1. Si Alain Delon a le droit d’être raciste, par conséquent il aurait aussi le droit d’être antisémite et homophobe ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom