L’Arabie Saoudite hausse le ton. En effet, face à la hausse du nombre d’attaques concert des navires et installations pétrolières, le Royaume a souhaité mettre en garde. Celles-ci ne nuisent pas seulement à Riyad, mais également à l’économie mondiale qui se trouve privée d’une partie de ses livraisons de pétrole.

Depuis quelques jours, les intérêts saoudiens sont menacés par des rebelles pro-iraniens, chiites, installés au Yémen. En effet, ces derniers prennent pour cibles installations pétrolières et navires saoudiens afin de frapper en son cœur, le centre de l’économie locale. Mardi, Riyad a par exemple été forcé de cesser ses opérations sur l’un de ses oléoducs majeurs après que ce dernier ait été attaqué au drone. Une attaque plus tard revendiquée par une milice pro-iranienne. Deux jours avant, ce sont quatre navires, dont deux saoudiens, qui stationnaient au large des Émirats qui ont été sabotés.

L’Arabie saoudite ferme un oléoduc

Une série d’attaques qui intervient alors que les tensions dans la région se font de plus en plus importantes. D’un côté, l’Arabie Saoudite, sunnite, est en guerre au Yémen contre les rebelles Houthis, eux-mêmes soutenus par l’Iran. Enfin, les États-Unis ont annoncé vouloir renforcer leur présence militaire dans la région, accentuant de fait la pression sur Téhéran. Cette série d’actes malveillants semble ainsi agacer le Royaume qui craint pour la stabilité, déjà bien bancale, de la région mais aussi pour la “sécurité des approvisionnements en brut et l’économie mondiale“. L’Agence internationale de l’énergie a toutefois calmé le jeu, assurant qu’à ce jour, il n’y avait aucun signe de perturbation des livraisons de pétrole.

Les Émirats mettent en garde

Face à cette tension croissante, Anwar Gargash, ministre d’État émirati, a appelé à la désescalade et à la paix. Ce dernier a continué, estimant qu’il fallait être prudent et ne pas lancer d’accusations à tout-va. En effet, si le Royaume saoudien accuse l’Iran d’être derrière le sabotage des navires stationnant aux émirats, il n’existe à ce jour, aucune revendication. Toutefois, les résultats de l’enquête actuellement en cours seront connus dans les jours qui viennent. Conscient des enjeux et des possibles répercussions, le ministre Gargash a continué, assurant que la coalition riposterait avec force à quiconque s’attaquerait à ses intérêts. 

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom