Le président de l’Autorité nationale de lutte contre la corruption (ANLC) Jean-Baptiste Elias rappelle aux députés de la 8ème législature à l’Assemblée nationale du Bénin et aussi à ceux de la 7ème, leur devoir en ce qui concerne la déclaration de patrimoine. C’est par une note qu’il leur a adressée.

Au nombre des communications en plénière de ce mardi 28 mai 2019 à l’Assemblée nationale du Bénin, il y a eu une lettre du président de l’Autorité nationale de lutte contre la corruption (ANLC) Jean-Baptiste Elias à l’intention des députés.

Dans cette correspondance, le président de l’ANLC rappelle aux députés leur obligation de déclaration de patrimoine à l’entrée et à la sortie de fonction telle que l’exige l’article 3 de la loi 2011-20 du 12 octobre 2011 portant lutte contre la corruption et autres infractions connexes en République du Bénin. Et ce, dans un délai de 15 jours après la prise de fonction.

Des sanctions

Jean-Baptiste Elias prie les députés de la 7ème législature à faire leur déclaration de patrimoine à la cessation de fonction. Ceux d’entre eux qui sont réélus et les nouveaux sont invités à accomplir ce devoir d’entrée en fonction. Il les invite tous à se rapprocher de la Cour suprême pour se mettre en règle. Selon l’article 4 de la loi suscitée, le refus de déclaration de patrimoine est puni d’une amende de six mois de rémunération perçue ou à percevoir dans la fonction occupée.

Voir les commentaires
Loading...

10 Commentaires

  1. Les amis, on peut ne pas être d’accord mais reconnaissons qu’il y a des résultats. le Bénin premier producteur de coton de l’Afrique de l’Ouest le savez-vous? ça c’est grâce à quoi? les réformes. Les politiciens que vous défendez ne sont certainement pas aller rendre visite aux compatriotes qui séjournent en prison suite aux événements des 1er et 2 mai dernier. Sachez qu’il y aura toujours des intrigues politiques te que les politiciens ne sont pas des enfants de coeur. Il est utile de faire des rétro de l’actu politique pour se rendre compte de ce que le Président Talon est l’homme qui a véritablement engagé le pays dans la voie du développement durable en ne cherchant pas à faire du populisme. Si les réformes sont pertinentes, nous les ferons sans nous soucier d’un gain politique.

  2. j ai l impression qu il n y a plus de sage dans notre pays.JB qui a decrie la maniere dont le processus electoral etait conduit, ose ecrire a ces valets nommes de Talon. on devrait ignorer cet conglomerat de laches pour 4 ans. les legislatives doivent etre reprises.point barre

    • Conscience, continuez de rêver. Vous risquez de vous réveiller après les communales qui s’annoncent déjà. Ne criez pas après qu’on vous a exclus.

  3. Adresser une correspondance à des «députés nommés», c’est déjà une façon tacite d’accepter malgré soi qu’ils ont été élus régulièrement, légalement, démocratiquement et par un peuple souverain. C’est ce qui arrive quand on ne sait pas démissionner au moment opportun. La meilleure chose que Monsieur Élias aurait dû faire, c’était de déposer son tablier dès la reconnaissance par la Cour constitutionnelle de la recevabilité et de la légalité des résultats des élections du 28 avril 2019. La mission de l’ANCL elle-même est compromise du moment où le Bénin a cessé d’être une démocratie. C’est une vérité de La Palice que progressivement hélas, beaucoup feindront d’ignorer, voire les plus grandes institutions onusiennes…

    • Les gens qui avaient voté le 28 avril sont – ils pas des béninois? Le vote n’est pas obligatoire même si c’est seulement 2 personnes qui votent les élections sont validées. Allez lire svp les lois de votre pays. Cela vous évitera de mener de pareil raisonnement. Si vous n’êtes pas d’accord, travailler pour que les textes deviennent conformes à vos principes et voeux. En attendant, conformez vous aux lois de la République.

      • Elles sont très belles vos lois et votre république où ça ne prend que deux citoyens votants pour donner forme et vie à une assemblée législative et nationale.

      • Vous ne pouviez pas si bien décrire «votre république» où le vote de deux citoyens est suffisant pour valider une élection législative. Et effectivement, comment contester ouvertement, du moins pour le moment, les lois de cette république lorsque vous avez constamment en face de vous les canons mitrailleurs des blindés, des soldats prêts à ouvrir le feu sans sommation et enfin une «Gestapo» hyper zélée et sans scrupules aux trousses?

        • Toi t’es trop heureux. Vas faire un tour dans ton village pour te rendre compte que leurs propres sont autres que d’aller protester pour permettre à des délinquants politiques d’aller à l’assemblée pour retarder encore le développement de se pays. Je t’apprends que ton pays est devenu le premier producteur du coton en Afrique. Tu devrais réfléchir à comment soutenir les réformes pour d’autres résultats plus éclatants.

          • J’aurais préféré sincèrement que vous m’appreniez plutôt que mon pays était devenu le premier producteur mondial de céréales, de produits maraichers ou d’autres denrées agroalimentaires lui procurant une auto suffisance alimentaire enviable. Dans tel cas, je vous assure que je réfléchirais sincèrement à comment soutenir «vos réformes pour d’autres résultats plus éclatants.»

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom