Dans un premier temps pressenti, pour devenir le nouveau gouverneur de la Banque centrale américaine( FED), Stephen Moore, candidat du président Trump, pourrait finalement se faire souffler le poste. En effet, plusieurs sénateurs républicains se sont d’ores et déjà prononcés en défaveur de cette nomination.

Un chiffre qui met en péril sa nomination puisque, avec 53 élus sur 100 au Sénat, les républicains ne peuvent se permettre que 3 défections si tout le clan bleu venait à voter en faveur du contre. Pour rappel, l’enjeu est relativement important puisque la Chambre Haute américaine dispose du pouvoir de confirmer ou rejeter les nominations effectuées par le président américain. Âgé de 59 ans, Moore avait toutefois l’air du candidat idéal aux yeux de certains.

Stephen Moore, personnage critiqué

Économiste de profession, un brin provocateur, mais surtout, au moins aussi conservateur que Trump, ce dernier semblait être promis au poste. Malheureusement, ses récentes sorties à l’encontre de la cause féminine pourraient lui jouer des tours. En 2014, celui-ci avait par exemple défrayé les chroniques en rédigeant une tribune au cours de laquelle il n’hésitait pas à mettre en garde les familles contre une possible rémunération supérieure de la femme par rapport à l’homme.

Les républicains n’ont que 3 voix d’avance

Face à cette série de tollés, Joni Ernst, sénatrice républicaine, a ainsi assuré qu’elle voterait non. Susan Collins, elle, a refusé de se prononcer sur son vote, avant de qualifiér certains des écrits de Stephen Moore « d’outrageants ». En outre, celle-ci ira plus loin, assurant douter de l’indépendance de la FED en cas de nomination de ce dernier. Aujourd’hui, l’économiste n’est d’ailleurs même plus certain d’être le candidat officiel, la Maison Blanche ayant pris quelques distances en assurant vouloir étudier les écrits qui font tant parler.

Trump, face à la fronde de son propre camps

De son côté, Moore, assure regretter certaines positions. Toutefois, celui-ci a appelé les élus à se concentrer sur son travail économique et non sur ses prises de position concernant le secteur social. Une belle épine dans le pied pour l’exécutif donc, qui a déjà fait face à la fronde de sénateurs républicains après qu’Herman Cain ait été, un temps, pressenti pour le même poste. S’il souhaite vite trouver un compromis, le président Trump et ses équipes vont ainsi devoir s’atteler à trouver le candidat idéal et exempt de tous reproches.

Voir les commentaires
Loading...

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom