Les voyants de l’économie béninoise sont au vert. C’est ce qu’on peut retenir de la conférence de presse donnée par le chef de la mission du FMI au Bénin , ce lundi 06 mai. Luc Eyraud qui a effectué la quatrième revue du programme de l’institution financière au cours de son séjour dans le pays, a affirmé  que « tous les indicateurs de  performance (du Bénin) à la fin du mois de décembre 2018 ont été vérifiés grâce à une gestion très prudente des finances publiques».

Loading...
« Le déficit a terminé à 4% du PIB en 2018 alors qu’on s’attendait à un déficit beaucoup plus élevé de 4, 27%. Cette bonne performance au niveau du déficit est en partie liée à une très bonne mobilisation des recettes du gouvernement et on continue de voir au premier trimestre 2019, une bonne situation au niveau des revenus. C’est en partie dû aux efforts du gouvernement pour lutter contre la fraude fiscale » a-t-il poursuivi. En ce qui concerne la croissance économique du pays en 2019, les prévisions sont très bonnes. Le FMI prévoit une croissance de 6, 7% selon Luc Eyraud. « C’est une croissance élevée qui a été tirée  par l’activité agricole et par l’activité au port de Cotonou » explique ce fonctionnaire du Fonds monétaire international.

“Nous sommes en train d’agir avec pragmatisme, rigueur et réalisme”

Le potentiel de croissance du Bénin à moyen terme est très élevé en particulier si on le compare aux autres pays de l’Afrique subsaharienne poursuit M Ayraud qui conseille au gouvernement de continuer par moderniser le secteur agricole et à soutenir l’industrie et le développement de nouveaux secteurs porteurs  comme le tourisme ou l’économie numérique.

Le ministre de l’économie et des finances qui était également présent à cette conférence de presse, s’est félicité des conclusions de la mission du FMI au Bénin. A l’en croire, elles prouvent que  le gouvernement est « dans la bonne direction ». « Les résultats que nous affichons et qui sont revus montrent bien que nous sommes en train d’agir avec pragmatisme, rigueur et réalisme » ajoute Romuald Wadagni.

Voir les commentaires

12 Commentaires

  1. Il faut reconnaître qu’un travail de fonds se fait sur le plan économique pour asseoir les bases solides d’une économie de développement(il ne faut pas faire preuve de mauvaise foi). C’est ce qui entre autres fait que nous gémissons. Maintenant croissance économique oui, mais il ne faut pas se limiter à ça car en ce qui concerne le citoyen lambda c’est ce qu’il ressent dans sa poche qui compte. Donc il s’agit maintenant de faire en sorte que la qualité de vie du béninois s’améliore.

    • Voilà les genres de posts qui nous apportent un plus. Ca nous change des sempiternelles recriminations construites parfois sur des details (arrondis de taux de taux de croissance..etc) futiles.
      Je finis en vous rejoignant aussi dans l’idee que la croissance pour impacter les couches vulnerables doit etre inclusive et accompagnee d’une bonne politique de redistribution.
      Et ça c’est une autre paire de manches.

  2. Je cite “Le déficit a terminé à 4% du PIB en 2018 alors qu’on s’attendait à un déficit beaucoup plus élevé de 4, 27%. Cette bonne performance au niveau du déficit est en partie liée à une très bonne mobilisation des recettes du gouvernement et on continue de voir au premier trimestre 2019, une bonne situation au niveau des revenus. C’est en partie dû aux efforts du gouvernement pour lutter contre la fraude fiscale….”

    Que dire de plus? @Gombo et Yayi Boni vont cre.ver de chagrin

  3. @Gombo…
    Nous vous laissons le privilege de polemiquer autour d’arrondis tout en sachant que vous êtes très bien outillé pour comprendre qu’en fonction des ajustements de variables operes par telle ou telle institution, le taux de croissance peut legerement fluctuer d’une source à une autre.
    Le fait est que Patrice Talon, le pa.riat et le pes.tiféré (selon vos standards) a fait grimper le taux de croissance du Benin de 2.1% à plus de 6% en moins de 3 ans!!!! “Figures do not lie” comme le disent les Anglosaxons. Donc cessez de vous torturer les meninges avec des demonstrations accrobatiques tendant à prouver le contraire.

  4. Faut il rappeler qu’en decembre 2018 Talon declarait dans son discours sur l”etat de la nation que la croissance a ete de 6,8% en 2018 ( il n’ a pas dit estimee, ce avant que l’annee soit bouclee).
    Aujourdhui le FMI nous parle d’estimation de 6,7%.
    Dans son rapport sur le Benin publie en Avril 2019 la banque mondiale fait etat d’une estimation de 6%!
    De qui se moque t-on ?
    Si l e FMI a boucle les comptes natio aux du Benin et est sur de leur authenticite, pourquoi ne publient ils pas ce taux dans leur nase de donnees ?
    Pourquoi assisre a ce defile fe bureaucrates du FMI, de l’UMOA qui au lieu de s’en tenir a leur mission qui est d’apprecier la mise en oeuvre de directives donnees par eux, se croient autorises ou obliges de nous sortir de leur chapeau des donnees que leur institutions ne publient pas !
    La propagande de Talon et Wadagni a besoin de cesporte voix pour propager leur demi verites…

    • Ce que le pmi..oublie de dire….c’est que la croissance de 6.7% ne concerne que l’empire économique de *******

      puisque les beninois ne possèdent plus rien..et les cotonculteurs d ne sont que des esclaves…comme le siècle dernier…en amérique..

  5. ce Fmi vraiment. fmi banque mondial , pour ces institutions les pays qui progressent sont ceux qui vont empruntes de l ARGENT: le Benin a progre en enpruntant de l argent un peu partout que le gouvernement Talon que ca atteint 4ooomilliards ils ont besoin de9000 milliards. ces institutions se rejouissent parceque elles a ces pays comme le a des taux excessivement eleve , c est normalqu elles parlent ainsi, betes qu on soit nous beninois on rejouit parceque il le pag de talon qui a la fin ne donera rien. on constatera que des detournements apres le depart de talon mais c est le peuple qui paiera. merci

  6. Allez, on remet le couvert : la croissance c’est l’augmentation de ce qui est produit.

    Le développement c’est ce qui en est traduit dans le quotidien des gens, le mieux être de chacun et surtout de tous (éducation, chômage, santé, sécurité…)

  7. J’ai envie de rigoler. De qui se moque t-on ?
    Sous Yayi, le FMI nous chantait que tout allait bien. Quelques mois après la prise de pouvoir de Talon, rien n’allait selon le FMI et aujourd’hui tout va bien. Tous les indicateurs économiques sont au vert pourtant la population souffre. Sous Yayi, même si tout n’était pas rose, l’argent circulait et tout le monde en a profité d’une manière ou d’une autre.

  8. Voyez-vous ; vous revenez à vos fondamentaux
    La déontologie de la profession
    L’impartialité
    Sans parti pris
    La vérité sur la santé économique de notre pays
    Du bon boulot de Talon
    Une avancée considérable
    Bravo

    • Joe___, tu es devenu le grand économiste du pouvoir hein!
      Ils se sont trompés, c’est 126,7% qu’il devrait mettre pour être raccord avec tout ce qui se passe chez nous.

Répondre à Agadjavidjidji Annuler la réponse

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom