Le chef du Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit, en Syrie, Viktor Kupchishin, déclarait ce mercredi que malgré l’instauration d’un régime de cessez-le-feu le 18 mai dernier ; Des militants du groupe terroriste Hayat Tahrir al-Sham (anciennement connu sous le nom de Jebhat al-Nosra) auraient lancé une offensive d’envergure, repoussée, sur des positions de l’armée syrienne.

Un déploiement de force inattendu…

Le conflit d’Idlib, il était clair devait prendre fin depuis plusieurs semaines. Mais les poches  rémanentes de Daesh encore en faction dans l’enclave donnaient à l’armée Syrienne, selon la presse du fil à retordre. Ce Mardi, rapporte la presse internationale, Dans un déploiement d’artillerie inattendu ; d’abord à cause des informations relatives à la faible puissance de feu des terroristes encore en activité et aussi à cause du cessez-le-feu conclu par les parties pour le respect du Mois sacré de Ramadan ; des groupes terroristes attaquaient le poste avancé de l’armée syrienne à Hmeimim.

« 500 djihadistes, sept chars, quatre blindés de combat d’infanterie, une trentaine de pick-up armés de mitrailleuses de gros calibre et deux véhicules bourrés d’explosifs », tel serait  selon les médias russes la puissance de feu déployée à Idlib depuis Mardi. En outre, selon le ministère de la Défense russe ; la situation dans le sud de la zone d’Idlib pourrait se compliquer par l’intention des groupes terroristes; de mettre en place une unité spéciale dénommée “aile chimique” chargée du déploiement d’explosifs et autres armes chimiques. Selon les informations du ministère ; l’unité spéciale serait dirigée par un ancien de Al-Qaïda, Abou Basir al-Britani.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom