George Weah s’est séparé d’un de ses collaborateurs. C’est du moins ce que nous indique ce lundi 6 mai, un communiqué de la présidence de la république du Libéria. Il s’agit en effet du vice-ministre chargé de la presse. Il est en effet reproché à Eugene Fahngon d’avoir tenu des propos qui pourraient mettre à mal l’unité nationale. Ce dernier se prononçait sur la grande mobilisation, lancée par les partis d’opposition. Cette déclaration a déjà fait réagir certains ténors de l’opposition qui crient à instrumentalisation des autochtones. La représentation diplomatique des Etats-Unis a également fustigé cet état de chose.

Loading...

Des comportements irresponsables selon les USA

«Il est irresponsable pour des personnes qui occupent des responsabilités au sein du gouvernement ou du parti au pouvoir de promouvoir de telles divisions comme le vice-ministre Eugene Fahngon l’a fait sur les réseaux sociaux» a dénoncé dans un communiqué l’ambassade américaine à Monrovia. Le vice-ministre chargé de la presse avait laissé lire sur sa page facebook qu’il ne participerait pas à la grande manifestation du 7 juin qui vise à aller contre la politique de l’ancien joueur devenu président de la république.

Il ajoutait qu’il préfère attendre celle des autochtones. «Ce sont les Congo (l’élite américano-libérienne) qui sont derrière la manifestation du 7 juin » déclarait-il. Il n’en fallait pas plus pour que lors d’une sortie médiatique, le sénateur de l’opposition, Sando B. Johnson, agite que les autorités étatiques envisagent « semer le chaos » dans le pays.

Voir les commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom