Le porte-parole du Front de libération nationale (FLN) Callixte Nsabimana a reconnu ce jeudi 23 mai devant les autorités de la justice rwandaise, toutes les accusations qui ont été portées contre sa personne. Il a plaidé coupable de 16 chefs d’accusation. Le (FLN), ce groupe armé avait en effet semé la terreur dans la région de Nyungwe. Cette zone assez proche à la fois du Burundi et de la République démocratique du Congo (RDC) avait fait objet de nombreuses attaques du groupe armé dont celui qui porte le surnom de «Sankara» était le porte-parole.

Il s’excuse auprès de tous les Rwandais…

Callixte Nsabimana était poursuivi pour «formation d’un groupe armé irrégulier, complicité d’actes terroristes (…), prise d’otages, meurtre et pillage». Devant les autorités judiciaires, il a présenté ses excuses pour les différents actes qu’il avait posé. C’était également une occasion pour lui de renier son groupe armé ainsi que toutes les actions qu’il mène. «Je m’excuse pour tout ce que j’ai fait», avait-il indiqué au tribunal. «Je veux déclarer que mon travail avec le FLN est fini et que tout ce qu’ils font à partir de maintenant est leur problème et non le mien.» a-t-il martelé. Les excuses sont également allées à l’endroit des parents des victimes ainsi que vers la première autorité du pays que représente le président rwandais Paul Kagame. «Je m’excuse auprès de tous les Rwandais», a-t-il ajouté.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom