Avant même qu’il ne soit élu à la tête de la présidence américaine, Donald Trump avait fait de la lutte contre l’immigration clandestine l’un de ses principaux objectifs. Il avait promis d’ériger un mur à la frontière avec le Mexique pour stopper l’afflux massif d’immigrants clandestins en provenance des pays de l’Amérique du Sud. Le projet du milliardaire avait beaucoup fait parler au sein de la société et de la classe politique américaine. On se rappelle que le projet controversé du magnat de l’immobilier avait entraîné un shutdown étouffant en début d’année, faute de compromis au Congrès entre Démocrates et Républicains.

Sur le Plan diplomatique, Donald Trump n’hésite pas à mettre la pression sur les autorités mexicaines afin qu’elles puissent prendre des mesures fortes pour faire baisser le nombre de migrants qui traverse le Mexique pour se diriger ensuite vers les USA. L’administration Trump avait donc décidé d’imposer des droits de douane au Mexique si le pays d’Amérique Centrale ne prenait pas des mesures pour freiner l’immigration clandestine à son niveau.

Mexico va prendre des mesures

Voyant les menaces américaines devenir de plus en plus intenses, le Mexique s’est engagé le vendredi dernier à mettre en place des mécanismes pour freiner les migrants qui traversent son territoire pour ensuite rentrer illégalement aux États-Unis. Ce Mardi, au cours d’un point de presse, Donald Trump avait indiqué que l’accord conclu avec le Mexique restait confidentiel. Voulant narguer les journalistes, le locataire de la maison blanche a sorti un papier blanc de sa veste et l’a exhibé à son auditoire.

Trump trop sûr de lui

Sentant que la situation pourrait lui échapper, le président américain dira qu’il va laisser les autorités mexicaines divulguer les termes de l’accord au moment opportun. Cependant, la feuille blanche était lisible en filigrane avec la lumière du soleil et les photographes n’ont pas manqué de faire des gros plans. Une partie du contenu de la lettre a pu être décodée et il y était mentionné que les USA vont faire le point sur les progrès enregistrés à la frontière sud “45 jours calendaires après la signature de l’accord.” Cette disposition était cependant connue car le Mexique avait indiqué que l’accord prévoyait un bilan après 45 jours.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom