Faisant face à une situation de crise économique, politique et sociale sans précédent, le Venezuela a décidé de tout faire afin de maintenir le cap et ne pas sombrer. Selon certaines informations, le régime Maduro aurait ainsi mis sur plus une opération secrète visant à vendre une partie de l’or du pays en vue d’obtenir de nouvelles liquidités.

Loading...

Selon les révélations effectuées par la média L’opinion, ce sont 7,4 tonnes d’or, équivalant à 300 millions de dollars, qui ont été directement acheminées du Venezuela en direction du continent africain, en Ouganda plus particulièrement où le pays s’est montré ouvert à l’idée de faire transiter l’or sud-américain. Au mois de mars derniers, deux charters ont ainsi effectué un aller-retour avec, à leur bord, plusieurs tonnes d’or. Arrivé à l’aéroport international de la ville d’Entebbe, l’or a ensuite été pris en charge par une raffinerie.

7,4 tonnes d’or vénézuélien transitent par l’Afrique

Interrogé à ce sujet, Fred Enanga, porte-parole de la police nationale ougandaise, a confié que les deux vols ont été opérés à l’aide d’un avion russe. Les documents apportés au cours de ces transactions ont ensuite permis d’identifier la provenance de ces lingots. Une première cargaison de plus de 3 tonnes a ainsi été envoyée du côté des Émirats tandis qu’une seconde cargaison a finalement été stoppée par les autorités. Certains lingots avaient une estampille grattée, afin de ne pas être traçable, mais il est très vite apparu que toute cette cargaison provenait directement de la banque centrale Vénézuélienne. Cette annonce elle a relancé les débats sur la mise en place d’une économie souterraine, permettant à Maduro de s’accrocher au pouvoir en contournant les sanctions américaines.

Toutefois, cette stratégie apparaît compliquée à assumer sur le long terme. En effet, difficile d’imaginer le pouvoir Vénézuélien tenir des années en travaillant dans l’ombre, d’autant que les sanctions imposées à son encontre se font de plus en plus pressantes. Même son de cloche pour les pays venant en aide au gouvernement Maduro, qui pourraient entrer de fait, dans le viseur américain. D’ailleurs, selon certains experts, les ventes d’or constituent l’un des derniers refuges de Caracas. Le gouvernement éprouve effectivement de plus en plus de difficultés à subvenir aux besoins des citoyens qui sont victimes des longues coupures de courant et d’absence de vivres dans les centres commerciaux.

Une raffinerie ougandaise, pour aider Maduro ?

Autrefois principale économie de l’Amérique Latine, aux perspectives intéressantes grâce notamment à ses importantes réserves de pétrole, le Venezuela est en train de sombrer peu à peu dans le marasme financier. Les circuits secondaires, ont ainsi permis au Venezuela de faire passer l’or jusqu’à une raffinerie, African Gold Refinery, avant que celle-ci ne disparaisse, probablement envoyé du côté du Moyen-Orient. Interrogée à ce sujet, la directrice de la société, Cherry Anne Dacdac a nié en bloc, assurant que sa firme n’accepterait aucune transaction liée de près ou de loin au Venezuela.

Cependant, les liens entre AGR et le Venezuela semblent être réels. Entre fin 2017 et le 1er février 2019, ce sont 73,3 tonnes d’or vénézuélien qui ont transité en Ouganda, d’autant que le pouvoir en place soutient cette initiative. L’annonce des sanctions américaines visant à stopper ces ventes a d’ailleurs provoqué l’effet inverse à celui souhaité puisque plusieurs dizaines de tonnes supplémentaires ont été secrètement exportées à l’international, notamment vers les émirats et la Turquie. « C’est une vente au rabais, confie l’un des parlementaires. Le régime racle les fonds de tiroir et vend tout ce qui a de la valeur pour se maintenir à flot. » assure Ángel Alvarado, membre de la commission des finances.

Une irone toute trouvée

Depuis la confirmation de ces ventes survenues au mois de mars dernier, la situation elle, a toutefois évolué. Aujourd’hui, il n’y a pratiquement plus aucune trace de reventes à l’étranger d’or Vénézuélien. En l’espace de quatre mois, seules deux tonnes ont été mises en vente, au profit de la Turquie, avec un rabais assez important. Identifié comme Ougandais, l’or lui, provient toutefois bien de Caracas. D’ailleurs, selon certaines sources, cet or serait même Américain puisqu’il aurait servi à payer Caracas à la suite de la Seconde Guerre mondiale, pour les importations de pétrole.

Voir les commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom