La crise politique au Bénin prend une allure qui inquiète le Réseau Ouest Africain pour l’Edification de la Paix au Bénin, WANEP-Bénin. Le réseau dit avoir suivi avec consternation les derniers développements de cette crise dont le bilan s’alourdit. Il invite surtout le pouvoir à changer de méthode.

Loading...
«Pour notre vivre ensemble, la force publique doit laisser place à des solutions politiques qui apaisent». C’est le titre de la déclaration rendue publique par WANEP-Bénin vendredi 14 juin 2019 au sujet de la crise qui secoue le Bénin après les élections législatives du 28 avril 2019.

Sa sortie est surtout motivée par les récents affrontements à Tchaourou et Savè avec d’importants dégâts. Dans son communiqué, le réseau « s’inquiète du niveau de violence qui caractérise désormais les manifestations et les répressions depuis le 28 avril 2019 ». Il se dit scandalisé par ce qu’il appelle ‘’cercle de feu et de violence’’ qui a désormais infecté le vivre ensemble des Béninois et qui étend progressivement ses tentacules.

Abandonner la force face aux populations

A l’analyse de la situation, WANEP estime que l’option de force face aux manifestations doit laisser place à des solutions politiques. Il appelle tout le peuple béninois à « retrouver cette voie de la non-violence qui le caractérisait ».

« Wanep invite le Président Patrice Talon, Chef de l’Etat, Chef du Gouvernement, garant de la sacralité de la vie humaine, de la Paix et de l’unité nationale à privilégier des actes d’apaisement à l’endroit des populations qui l’identifient déjà comme l’un des principaux instigateurs de tout ce qu’elles subissent » lit-on dans le communiqué.

Le réseau invite également « le Gouvernement, les forces de sécurité et la justice à sursoir aux mesures de restriction des libertés du Président Thomas Boni Yayi avant qu’il ne soit trop tard pour la paix relative au Bénin ». Les acteurs politiques de tout bord sont appelés « à se concerter enfin et à se concentrer sur la recherche de solutions politiques immédiates ».

Voir les commentaires

9 Commentaires

  1. Les ____ de la rupture sont ceux- là même qui induisent en erreur le pilote de la rupture.
    Ils font tout en paroles et en actions pour conduire en guerre le Prdt 👠. Bien souvent quand vous discutez avec eux vous vous rendez vite compte des limites intellectuelles et lacunes scientifiques. Ils récitent tel un perroquet ou un enfant du CM2 recitant la poesie, des argumentaires qu’on leur a fournis. Et. Ça s’arrete là. Aucune reflexion personnelle
    Voilà ceux qui conseillent nos gouvernants. Un jour j’espere qu’ils vont devoir rendre compte des complicités à côté des auteurs devant les juridictions competentes nationales et internationales

  2. Je me demande toujours pourquoi les gens se fatiguent à vouloir raisonner ou ramener à l’ordre une brebis égarée. Laissez-le continuer car il n’a jamais écouté personne depuis trois ans, il se suffit et est convaincu que ses actes sont bien pensés et veut atteindre un objectif fixe mais il se fout le doigt dans le c…… C’est le Bénin hein! dites- le lui, peut être qu’il a aussi des trous de mémoires…

  3. C’est grave. Ils veulent qu’on encourage le désordre, la délinquance de haut niveau au Benin..? C’est trop facile ça..! Yayi ne fait qu’empirer sa situation. Yayi doit répondre de tout ses actes.

  4. Le mandat de tous les présidents à venir sera aussi pourri soyez en sûr.
    Si je comprends WANEP il faut continuer avec l’impunité et pourquoi pas avec la corruption aussi. C’est à pleurer quel foutu pays

  5. La force reste à la loi. On ne cède pas face aux voyous, aux drogués et aux mercenaires de Yayi Boni. Il faut comprendre le conteste local avant de donner des conseils.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom