Depuis le scandale Carlos Ghosn, les relations se sont extrêmement tendues entre les deux groupes automobiles : le français Renault et le japonais, Nissan. Alors que les deux géants de la construction automobile formaient une alliance forte depuis de nombreuses années, l’affaire Carlos Ghosn est venue fragilisée l’une des alliances les plus efficaces du secteur de l’automobile.

Loading...

Pour se préparer à un avenir qui pourrait se faire sans Nissan, le groupe Renault avait entrepris des discussions avec le constructeur italo-américain, Fiat-Chrysler pour envisager une fusion. Cependant, les différentes parties n’ont pas réussi à se mettre d’accord et le projet de fusion à échouer. Alors que les relations étaient déjà froides avec Nissan, le projet de fusion avec Fiat-Chrysler auquel le constructeur nippon n’a pas été associé, est venu raffermir le climat de méfiance entre Renault et Nissan.

Le torchon brûle

Tout récemment, le quotidien britannique, Financial Times a indiqué que la direction du groupe Renault a menacé de bloquer une réforme de la gouvernance de Nissan. Selon le journal anglais, les dirigeants du constructeur automobile français craignent que Nissan adopte des textes qui vont réduire l’influence de Renault.

De son côté le groupe nippon dit ne pas comprendre la position de son partenaire qui veut saper ses efforts tendant à améliorer sa gouvernance depuis l’affaire Carlos Ghosn. Bref, il semble que les dirigeants de Renault et de Nissan ne soient plus sur la même longueur d’onde.

Voir les commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom