Photo : AFP

Il y a quelques mois, l’AKP, le parti du président Recep Tayip Erdogan subissait un cinglant revers lors des municipales. Arriver en tête sur le plan national, l’AKP avait alors perdu la très stratégique mairie d’Istanbul au profit de l’opposition et de son candidat, Ekrem Imamoglu. Le Parti présidentiel avait alors refusé d’admettre sa défaite et avait saisi le Haut conseil électoral pour faire annuler les résultats à Istanbul.

L’AKP avait alors obtenu gain de cause auprès du Haut Conseil électoral. Il faut dire que les justifications avancées par le Parti présidentiel n’étaient pas du tout convaincantes. De nombreux électeurs, tous bords confondus, se sont insurgés face à la décision du Haut conseil électoral. Le scrutin fut donc repris et les résultats sont tombés ce dimanche.

Un message envoyé au Président

Ekrem Imamoglu, le candidat de l’opposition, est une nouvelle fois arrivé en tête face au candidat de l’AKP, Binali Yildirim. Cette victoire de l’opposition sonne comme un terrible désaveu pour le tout-puissant Recep Tayip Erdogan. Avec les gigantesques moyens dont disposaient l’AKP, rares sont ceux qui auraient parié sur une victoire de l’opposition à la mairie d’Istanbul. Erdogan fut le maire d’Istanbul dans les années 90 et il connaît toute l’importance politique de cette ville.

De nombreux facteurs peuvent expliquer la prise de contrôle de la mairie d’Istanbul par l’opposition. Il y a d’abord la crise économique, les restrictions des libertés publiques, le discours très conservateur du président de la république. Les Stambouliotes n’ont pas aussi apprécié le fait que le pouvoir en place ait bafoué le processus électoral. Tout semble indiquer qu’il s’agit d’un vote sanction pour Erdogan, reste à savoir comment ce dernier va s’adapter à cette nouvelle reconfiguration.

Voir les commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom