Sommes-nous réellement en sécurité et en intimité lors de nos échanges sur les réseaux sociaux ? Le plus grand réseau social au monde, Facebook, reconnait avoir écouté les échanges de ses usagers. Son PDG Marc Zuckerberg avait pourtant fermement nié le fait en avril 2018 devant le congrès américain. Au cours de l’audition du Congrès, le jeune fondateur de Facebook avait qualifié la pratique de “théorie du complot qu’il nie catégoriquement. « Nous ne faisons pas ça », avait-il tranché.

Facebook coupable paie une amende record

Le fait est pourtant avéré. Le réseau social avait engagé des centaines de sous-traitants pour transcrire les échanges sonores de ses usagers. La révélation a été faite le 13 août par l’agence Bloomberg. Facebook a reconnu la pratique dans un communiqué transmis à l’agence par le géant des réseaux sociaux qui précise que la pratique n’avait lieu que si l’utilisateur donnait son accord. Le réseau social a payé une amende record de 5 milliards de dollars aux autorités fédérales américaines pour avoir fait un usage inconnu des données privées de ses utilisateurs. Mais le réseau social souligne avoir mis fin à cette pratique, même s’il ne dit pas l’usage fait des enregistrements et des transcriptions déjà élaborés.

Une pratique usuelle dans le milieu

Cette pratique n’est malheureusement pas l’apanage de Facebook. De grandes sociétés telles que Amazon, Apple et Google ont reconnu s’être adonnés à la pratique. Ces grandes sociétés qui fournissent des assistants vocaux affirment avoir fait ces enregistrements pour performer leurs services et mieux satisfaire leurs clients. Si Apple et Google affirment avoir mis fin à la pratique, tel n’est pas le cas d’Amazon. L’application d’achat et de vente en ligne dit laisser le libre choix à l’utilisateur de bloquer l’utilisation de ses conversations au moyen de l’intelligence artificielle Alexa.  

Voir les commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom