Ce lundi, la région autonome de Hongkong a une nouvelle fois été paralysée. En effet, l’aéroport international a été pris d’assaut par des milliers de manifestants qui ont décidé d’y organiser un sit-in, à savoir une manière pacifique de protester puisqu’il s’agit simplement de s’asseoir en nombre afin de bloquer différents points de passage et monopoliser l’espace.

Loading...

Cette décision de manifester une nouvelle fois en ce début de semaine intervient après un weekend plutôt compliqué. En effet, les récentes manifestations ont été marquées par des violences policières auxquelles n’étaient pas habitués les habitants de ce territoire, un temps britannique. Résultat, plus de 200 vols ont été annulés ce lundi et des milliers de passagers ont été laissés sur le carreau, attendant d’avoir des nouvelles concernant leur voyage. Toutefois, cette soudaine décision d‘arrêter et détourner les vols en direction de Hongkong, cachait l’arrivée des forces de l’ordre.

Hongkong, un sit-in qui bloque l’aéroport

Un signal que les manifestants ont très vite deviné. Ainsi, face à la possibilité de voir les forces de l’ordre débarquer et user de la force afin de dégager l’aéroport et le rendre à nouveau accessible, des centaines de personnes se sont levées afin de rentrer chez elles. Un signal fort envoyé par les autorités locales et par Pékin qui a ainsi décidé d’étouffer les manifestants en utilisant une sévère rhétorique. D’ailleurs, ces protestations présenteraient des signes de terrorisme, selon les récentes sorties des autorités chinoises.

Depuis plusieurs semaines, les tensions se font vives entre les manifestants et les forces de l’ordre qui agissent sous l’égide du gouvernement hongkongais, lui-même très proche de Pékin. C’est d’ailleurs là tout le problème puisque les habitants de Hongkong craignent que la Chine n’ait la mainmise sur la région dans les prochaines années. Résultat, les citoyens hongkongais réclament de Pékin, qu’elle laisse faire les choses. Problème, face à la puissance financière et l’importance de Hongkong dans le monde, la Chine ne compte pas rester les bras croisés à regarder la région lui filer sous le nez.

Pékin parle de “séparatistes”

Résultat, afin de garder le contrôle, Pékin joue de son pouvoir d’influence. Une manifestante a d’ailleurs subi la réponse chinoise de plein fouet, touchée à l’œil par une balle en caoutchouc. Selon certaines rumeurs, cette dernière l’aurait d’ailleurs perdu. Ce lundi, de très nombreux manifestants ont d’ailleurs porté un patch au niveau de l’œil afin de rendre hommage et soutenir celle qui restera comme la première réelle victime des manifestations. Cela pousse d’ailleurs les autorités chinoises à revoir la façon dont est traité le sujet sur place. De base les médias n’en ont pas du tout parlé, aujourd’hui en revanche, les manifestants sont présentés comme des séparatistes, soutenus notamment par Washington.

Voir les commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom