L’ONU avait demandé et obtenu des belligérants en Libye une trêve ce dimanche pour la célébration de l’Aïd al-Adha. Si cette trêve a été suivie et respectée dans la plupart des localités libyennes, tel n’est pas le cas dans l’oasis de Morzouk. La ville a vu progresser ce dimanche les éléments de l’Armée Nationale Libyenne (ANL). Ceux-ci avait profité de la prière en cours de l’Aïd al-Adha pour renforcer leurs positions dans la ville.

Loading...

Une trêve mal respectée

Des affrontements ont eu lieu ce dimanche entre les forces de l’ANL et les éléments locaux fidèles à l’ANL d’une part, et les groupes armés renforcés par des Toubous locaux d’autre part. Ces groupes armés seraient, à en croire le Général Khaled al-Mahjoub de l’ANL, des « membres de l’organisation État islamique, du Conseil de la Choura de Benghazi et de mercenaires tchadiens ». Des groupes terroristes qui s’entêtent à rester dans la ville au moment où beaucoup de terroristes ont déjà déguerpis de la ville.

Morzouk : une ville sous haute tension

La ville de Morzouk subit les affres de la guerre depuis deux semaines. Des éléments du Gouvernement d’Union Nationale (GNA) était entrée dans la ville sous le commandement de Moussa Hassan al Tabaoui. Ce qui avait déclenché les hostilités ayant causé des dizaines de morts et plus de 2000 déplacés. Les forces de l’ANL avaient effectué des frappes aériennes le 4 août dernier, occasionnant plus de 40 morts. Des morts qui seraient des mercenaires tchadiens selon l’ANL et des civils selon les toubous de cette ville oasis du sud-ouest de la Libye.

Voir les commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom