Dans un communiqué adressé mardi, le président nigérian Muhammadu Buhari a décidé de demander à la Banque Centrale Nigériane d’arrêter de financer les importations de nourriture. Une décision surprise qui tend d’ailleurs à remettre en question l’indépendance de cet organe central de l’État.

Loading...

Dépendant du pétrole, le Nigeria base son économique sur l’or noir. Toutefois, cela pose quelques soucis, comme en 2016, lorsque les prix du brut se sont effondrés, plongeant la nation dans une récession qui aura duré près de deux années. Un constat dont est bien conscient le président Buhari qui a décidé de modifier l’aspect économique du Nigeria en tentant de mettre fin à cette dépendance. Aujourd’hui, afin de réduire les exportations de pétrole, le chef de l’État table sur le développement de l’agriculture.

Buhari souhaite mettre fin à la dépendance au pétrole

En 2015, une loi visant à bannir 41 objets et produits pouvant être développés et produits au Nigeria a d’ailleurs été votée, preuve que le pays souhaite se concentrer sur la production en interne. Aujourd’hui, les importations de nourriture sont elles aussi visées. En effet, le chef de l’État a appelé la Banque Centrale à ne pas verser un seul centime à celles et ceux qui souhaiteraient importer de la nourriture au Nigeria. L’objectif ? Améliorer la production, la productivité et surtout, la sécurité alimentaire. Les fonds de la BCN eux, seront utilisés afin de diversifier l’économie et encourager la fin de la dépendance aux pays étrangers.

La BCN, indépendante ?

Une décision qui relance toutefois le débat sur l’indépendance de la banque centrale. L’organe est censé être séparé de l’État. Toutefois, pour beaucoup, cette directive tend à prouver le contraire. Kingsley Moghalu, qui a oeuvré au sein de la BCN entre 2009 et 2014 est d’ailleurs très surpris. « L’Acte de 2007 de la BCN est très claire à ce sujet, la Banque Centrale doit être indépendante et ne recevoir de directive de la part de personne ». Cette annonce remettrait donc en cause ce statut, mais ferait craindre une perte d’indépendance pour le reste des organes constituant le Nigeria.

Voir les commentaires

1 COMMENTAIRE

  1. “Directive” ou appel politique, je ne pense pas que le problème soit là.
    Le Bénin ferait bien de s’inspirer de cette décision afin de protéger certains secteurs de son agriculture (élevage, pêche, …) contre les produits “morgues” ou pêchés au large des côtes africaines et revendus à bas prix sur les marchés.

    C’est là que les béninois attendraient de la fermeté.

    \\\\///
    (@_@)

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom