La justice béninoise a pris une ordonnance de restitution des corps des personnes décédées lors des manifestations des  1er et 2 mai dernier. C’est RFI qui donne l’information. Selon la radio française, cette décision du tribunal de Cotonou est intervenue le 31 juillet dernier.

Pour rappel, trois corps étaient gardés au Centre National Hospitalier Universitaire (CNHU) de Cotonou. Celui de la dame mortellement atteinte par balles au sein, et celui d’un chauffeur de 40 ans , du nom de Seydou Mama Assouma. Le troisième corps n’a pas encore été identifié selon RFI. A en croire le même média, la dépouille de Seydou Mama Assouma a déjà été récupérée par sa famille qui a procédé à son inhumation vendredi dans la ville de Parakou.

Ouverture d’une information judiciaire

Celle-ci n’a pas souhaité donner des précisions sur l’état de la dépouille quand elle a été récupérée. En ce qui concerne la dame de 37 ans , son corps n’aurait pas encore été récupéré par sa famille. Rappelons que les manifestations des 1er et 2 mai dernier sont intervenues juste après les élections législatives du 28 avril 2019. Un scrutin marqué par l’exclusion des partis de l’opposition. C’est d’ailleurs cet état de chose qui a conduit à ces échauffourées  réprimées dans le sang.

La police a en effet tiré à balles réelles sur les manifestants. Si on ajoute foi aux informations données par RFI, l’ordonnance de restitution a été prise après l’ouverture d’une information judiciaire, l’autopsie des corps et l’audition des  représentants des familles des personnes tuées.

Voir les commentaires

7 Commentaires

  1. Même les morts au Bénin n’ont plus le droit d’être enterré, un manque de respect, finalement on a quel droit chez nous… Qui tue par épée périra par épée.

  2. Ils payeront tous Sur cette terre avant le ciel un regime inhumain ce qui est Sur nous mourns tous je coyais que ***et des juges allaient manger les corps ils vont tous payer c EST claire

  3. Tirer à balles réelles sur des manifestants est un crime que les donneurs d’ordres et les exécutants vont en répondre devant la justice de la République.

    Que **** et les responsables de la police et de l’armée ne n’oublient pas.

    Car , la justice sera faite tôt ou tard.

  4. “Si on ajoute foi aux informations données par RFI” Parce que RFI fait mieux son boulot que les journalistes béninois qui se contentent de faire passe-plats, ou parce que vous vous chi… dessus dès qu’il s’agit de faire votre boulot ?

    En tout cas, merci RFI pour cette info qui serait sinon passée en catimini.

    \\\\///
    (@_@)

  5. Tuer…et faire recel des corps….ça c’est du jamais vu..!!!

    C’est la version réaliste du pag…!!!!

    Nous connaissons des donneurs d’ordre,les exécutants..les complices a ctifs et passifs..

    Voilà la problématique…

    Et au lieu d’en faire un sujet principal…eh bien..nos chers..opposants sont devenus..des condérenciers de presse..de l’indignation

    Quelle honte…!!!

    • J’ai bien visionné la vidéo…de omar bechir..en cage devant les juges…au soudan

      Comme..il y a quelques années…celle de saddam hussein…l’auto proclammé dieu… de bagdad…qui s’amusait..pour son plaisir personnel….à voir..ses ennemis..attachés..aux bombes…qui explosent…sous ses yeux…

      Et dire…que des gens…ne croient pas..que dieu…agira…

      • Aziz toi tu vas trop loin. Kérékou a massacré des étudiants, des opposants PCB jusqu’à Ségbana mais dis-moi est-ce qu’il l’a payé avant de vous abandonner à votre sort???
        Au lieu de jouer au citoyen fort alors chacun n’a qu’à savoir rester chez lui quand ça crépite dehors, c’est ce qu’on m’a enseigné moi.

Répondre à germain akodogbo Annuler la réponse

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom