La fermeture de ses frontières terrestres avec le Bénin par le Nigeria continue de soulever des vagues. Certains invitent à un soutien patriotique pour soutenir Patrice Talon contre le Nigeria. Mais, le professeur Philippe Noudjenoumè, dans la tribune ci-dessous, démonte les arguments avancés et montre comment le président de la République n’est pas un exemple de patriote.

Il pense que la solution à cette fermeture est que l’Etat béninois prenne les dispositions idoines pour interdire des produits de réexportation vers le Nigeria.

FERMETURE DE LA FRONTIERE BENIN-NIGERIA, OU SE TROUVE LE PATRIOTISME?

Le débat est relancé dans tous les sens depuis la fermeture le 20 Août de la frontière avec notre Grand Voisin le Nigeria. De quel débat s’agit-il ? C’est le débat sur le patriotisme. Les éléments du pouvoir de la Rupture  appellent le peuple à une sainte alliance autour du Président Talon contre le Méchant Nigeria qui veut envahir le Bénin. On entend des déclarations du genre : «L’indépendance a un prix. Et Patrice Talon refuse  d’être un Président prostitué d’un peuple à genoux. Il a osé et doit en payer le prix, le prix  de l’insubordination aux choses établies…L’impertinence de Patrice Talon à vouloir  donner une dignité et une fierté aux Béninois va lui coûter bien  plus cher ». Autrement dit, Patrice Talon est un patriote et défend la souveraineté du Bénin face à l’envahisseur, le Nigeria. Et tous les défenseurs de la thèse contraire sont taxés de tous les noms: «apatrides, des gens sans cœur face aux souffrances du peuple béninois du fait de cette fermeture de frontière ???!!! »

Avant d’aller dans les détails, il faut préciser quelques notions : la démocratie et le patriotisme. Le patriotisme c’est l’amour de la patrie, c’est la défense de l’ensemble des fils d’un même pays contre l’envahisseur étranger. La démocratie c’est l’ensemble des droits individuels et collectifs permettant la libre expression et la libre participation du citoyen aux affaires de l’Etat sans être inquiété et sans exclusion. Les deux notions sont fort différentes. En effet, on peut être patriote sans être démocrate. Et à cet effet,  nos héros nationaux adorés pour leur patriotisme, tels Béhanzin, Bio Guerra et Kaba sont loin d’être des démocrates. On peut se proclamer démocrate sans être patriote. Il ne faut pas mélanger les deux, car chaque élément requiert un traitement particulier. Par exemple, la question de l’exclusion de la très large majorité du peuple des dernières élections législatives relève de la démocratie intérieure et ne nécessite pas d’intervention extérieure pour sa résolution. Il appartient au peuple béninois et au peuple seul de le résoudre. Voilà pourquoi nous avons toujours condamné toute intervention extérieure y compris nigériane dans les questions démocratiques (comme  électorales) au Bénin. Nous convenons que Patrice TALON n’est pas démocrate, loin s’en faut. C’est un Autocrate, pire, un tyran.

Mais est-il un patriote ?

C’est ce que ses partisans tentent de faire passer, de faire avaler au peuple en vue d’une sainte alliance patriotique autour de sa personne.

Tenez ! Dans le projet PAG, nous notons  « Près de 153 milliards de CFA d’appui de la France ». La France tient les projets suivants:

1°- L’aéroport International Cardinal Gantin confié à la Société des Aéroports de Paris

2°- Le CNHU géré par les Hôpitaux de Paris

3° Le Cabinet Deloitte (Cabinet français) s’occupe des audits dans les sociétés d’Etat et du recensement des agents de l’Etat

4° Le RAVIP est confié à SAFRAN (Société française)

5°- Une partie de l’Aéroport de Glo confié aux Aéroports de Paris

6°- L’Hôpital de référence d’Abomey Calavi est confié à Bouygues (Entreprise française) pour un coût de 115 milliards de CFA avec une capacité de 430 lits Pendant ce temps la Chine a financé un grand Hôpital au Niger d’un coût de 45 milliards et doté de 500 lits

7° Tout l’édifice muséal est confié aux entreprises françaises «La Nouvelle Tribune du 27 Mars 2018 »

8° Le Port Autonome de Cotonou confié à une société belge.

Où est le patriotisme de Talon lorsque,  avec la loi sur les Collaborateurs extérieurs, nos administrations et grands projets sont inondés de «collaborateurs extérieurs » français pour la plupart à prix de millions pendant que nos Cadres sont payés à moins que rien à refaire les tâches confiées à ces « collaborateurs » ?

Où est le patriotisme, lorsque l’on détruit les rares entreprises nationales transformatrices qui existent en préférant exporter les matières brutes créant ainsi la richesse pour les étrangers; par exemple enrichissant les entreprises étrangères, enrichissant les paysans pakistanais, indiens et autres au détriment de ses propres paysans riziculteurs abandonnés à leur triste sort? Où est le patriotisme, lorsque l’on s’accapare à titre privé et sans honte, du patrimoine public avec cet exemple inouï de PVI- Société  Bénin Control SA, entreprise du Chef de l’Etat  qui perçoit  les 2/3 des recettes douanières de l’Etat ? (Cf. Arrêté du Ministre des finances en date de 28 Avril 2018).

Non. Il n’y a pas de patriotisme lorsque l’on s’enrichit soi-même, que l’on enrichit les entreprises étrangères en refusant d’en créer soi-même chez soi pour la transformation de ses produits, lorsque l’on refuse   l’emploi à sa jeunesse et l’épanouissement  de son peuple.

Les vertus du patriotisme

Le patriotisme se décline en plusieurs volets :

1°- C’est d’abord la défense de l’intégrité du territoire, de la souveraineté du peuple contre une invasion, une agression étrangère.

2°- C’est  surtout aujourd’hui, la lutte pour le  développement rapide de son pays du point de vue économique, car un pays arriéré ne saurait durablement être indépendant et souverain. C’est la lutte pour l’épanouissement de son peuple, de sa jeunesse, instruite et épanouie.

3°- C’est l’association de toutes les compétences, toutes les expertises, tous les hommes d’affaires du pays sans exclusive à l’œuvre d’édification économique nationale.

Le patriotisme c’est l’édification d’une économie indépendante et prospère. C’est produire chez soi, l’essentiel de sa consommation et pour l’exportation.

C’est ce que fait le Nigeria avec son Plan géant de développement économique à tous les niveaux à commencer par le ventre des 200 millions de Nigérians à savoir l’agriculture. Il associe tous les possesseurs de capitaux au développement du pays. Les Dangote, Tony Elumelu, Mike ADENUGA, Alaji YUNUSA etc. ont droit à la parole dans la définition de la politique du Nigeria.

C’est ce que devraient faire tous les Gouvernements du Bénin.  Le Bénin doit asseoir rapidement son patriotisme économique ; tel est le défi de l’heure.

Au lieu de cela, on donne la chasse aux opérateurs économiques béninois à l’exception des opérateurs de son clan ;  on persiste à vouloir demeurer dans la contrebande, dans la politique coloniale française de traite et dans la perversité à l’encontre du voisin. Certes, le patriotisme nigérian peut se heurter au patriotisme du Bénin, mais ce n’est pas à souhaiter et l’objectif dans les regroupements régionaux tels la CEDEAO,  c’est de concilier les patriotismes nationaux en un patriotisme ouest-africain sinon africain.

A quoi s’en tenir dans la situation actuelle?

Dans ce sens, la première réaction du Gouvernement Talon, c’est de reconnaître que jusque-là notre pays a pratiqué une politique économique nuisible à la politique patriotique nigériane ; la deuxième réaction,  si tant est que le Président Talon veut s’amender, c’est de faire comme ses voisins,  le Niger et le Burkina Faso, et prendre officiellement des mesures d’interdiction des produits de réexportation vers le Nigeria. La troisième réaction c’est de s’engager effectivement par une assise politique et économique à rassembler toutes les forces politiques, économiques, culturelles, sociales autour d’un Plan Marshall à la Béninoise pour l’édification rapide et harmonieux de la Patrie pour l’intérêt  de tous les Béninois sans exclusive et non d’un clan, d’un  Homme.

Notre pays est face à un grand défi, celui de la renaissance face aux malheurs actuels. Notre peuple a faim ; notre peuple est aux abois. L’ennemi n’est pas le Nigeria. L’ennemi c’est la politique économique coloniale imposée depuis 1960. Œuvrons au rassemblement de tous les fils et filles de ce pays pour y faire face!

Vive le Benin

Cotonou, le 19 Septembre 2019.     

Professeur Philippe NOUDJENOUME.

Voir les commentaires

12 Commentaires

  1. Je ne comprends pas comment on peut dire que Benin Control récolte 2/3 des recettes douanières ! D’où sortez-vous ça cher professeur. Vous pourriez au moins donner des sources pour être plus crédible.
    Les recettes douanières vont à la Douane, point final.
    Benin Control est chargé du scanner portuaire, d’opérations de contrôle des importations et du tracking des camions sur les corridors routiers vers le nord. Ils sont simplement payés pour ces prestations.

    De plus, d’où tenez-vous que les cadres du pays sont payés pour “refaire les tâches confiées aux collaborateurs extérieurs” ?

    Et enfin, vous osez comparer la prix d’un hôpital construit par des chinois, au Niger, avec celui d’un hôpital construit par des français au Bénin… comparez plutôt leur état dans 10 ou 20 ans, et on en reparlera.

  2. qu’il me cite une seule société d’etat gerés par des beninois qui se portent bien.
    confier la gestion d’une societe d’etat à un prestataire n’a rien de mauvais en soit si les resultat sont là. ces sociétés demeurent la propriété du benin avec des gros benefices.
    je crois qu’il ferait mieux de s’acheter un dictionnaire larouse afin de comprendre la definition du mot patriote . Touts sa liste a été appliqué depuis l’independance et connait le resultat nul

    • Et bien gérer les sociétés c’est les confier a des privées qui perçoivent 80% des recettes contre les miettes pour l’État? Quels résultats attendez vous de telles hérésie? On a a faire a des **** le reste c’est de la phraséologie

      • Mais la question est “pourquoi l’Etat perçoit-il seulement des miettes ? (si jamais c’est la vérité). Les contrats que signe l’Etat sont-ils si mal négociés par ce dernier ?

  3. je partage les avis émis par le professeur mais il reste qu’une assise nationale est indispensable pour pardonner tous ceux qui ont oeuvré pour la venue au pouvoir de talon et ensuite jeter les bases d’une gouvernance orientée vers la satisfaction des besoins de nos concitoyens

    • Incroyable! Certaines personnes se sont spécialisées dans le soutien pavlovien au régime dit de la rupture et sont devenues imperméables à toute analyse. C’est assez désolant et triste pour un cerveau humain. Vous serez surpris.

  4. Dense , belle analyse , mais qui reste tout de même académique , la pratique est autre chose .
    Le président yayi boni , avait pourtant jeter quelques bases , en initiant la filière rizicole , faisant construire des usines de transformation de certains produits agricoles comme les tomates etc que sont devenues ces initiatives nobles , communistes , paysans béninois posez la question à talon

  5. Mr le president bouhari avk ts m’est respet ts ce que la population du benin vs demande on c’est qe nous mme on à pas raisont on te demande pour l’amour de dieux donne ns la liberte sant le nigeria le benin n’es rien wallaï sauve nous mr bouhari

  6. En termes d’analyses,diagnostiques ,socio politiques…personne n’atteint…les pieds des communsiste depuis toujours..!!!

    Paradoxalement..ces communistes…sont les mal aimés de la politique beninoise depuis toujours

    Leur autisme..le refus de prendre en compte le rapport de force….et tant d’autres..ont fait qu’ils se sont trompés

    Tenez..!!! n’est ce pas…eux qui ont fait campagne pour talon à coté d’autres….?

    Ils ont..vilipendé zinsou…sans savoir que talon n’était pas meilleur…

    Quand on se trompe…il faut présenter..ses excuses

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom