© AFP

Sur le continent africain, la France est actuellement en perte de vitesse. En effet, l’hexagone perd en influence, que ce soit sur le plan politique ou sur le plan économique. Alors qu’il est en plein réveil, Paris ne souhaite visiblement pas manquer le train. Résultat, Emmanuel Macron enchaîne les actions afin de renouer contact avec l’Afrique et ses représentants.

La stratégie du paternalisme, de la bonne gestion est terminée. En effet, Emmanuel Macron envisage sérieusement de mener à bien une toute nouvelle politique avec ses alliés africains. Au mois de novembre 2017 dernier, il en posait déjà les bases, affirmant à l’occasion d’un discours à Ouagadougou, que la Françafrique était vouée à disparaître. Depuis ? Paris s’efforce de dessiner les contours de ce à quoi pourraient ressembler les collaborations de demain.

Macron opère une virage

Le 27 août dernier, alors qu’il tenait un discours lors de la Conférence des ambassadeurs à l’Élysée, Emmanuel Macron est allé encore plus loin, affirmant que désormais, les relations entre la France et l’Afrique devaient se concevoir et être retravaillées, ensemble. Il continuera en allant un peu plus loin, expliquant aux multiples représentants de la France à l’étranger qu’“une relation avec l’Afrique basée sur un sentiment ou parfois des réalités d’asymétrie” n’était, aujourd’hui, plus d’actualité.

Un constat partagé par Lionel Zinsou. L’économiste franco-béninois, proche d’Emmanuel Macron, a effectivement tenu à souligner les envies d’aller de l’avant, prônées par le président Macron. Changer les codes est ainsi devenu une priorité afin de ne pas rester enfermé dans les années coloniales. “Il faut cesser d’être dans un rapport hégémonique vis-à-vis de l’Afrique. C’est complètement dépassé” affirme-t-il, ajoutant que Macron avait visiblement plusieurs idées en tête. Innovation, emploi des femmes, l’Afrique évolue, le monde avec elle.

La diaspora, ces représentants naturels

Pour ce faire, Macron compte également sur ceux qui se font appeler les représentants naturels de l’Afrique dans le monde. Chercheurs, entrepreneurs, membres d’associations ou encore célébrité, s’ils étaient plus de 400 membres de la diaspora à être invité à l’Élysée au mois de juillet dernier. L’idée de la présidence était alors de faire de ces personnes, les porte-voix, les étendards de la nouvelle relation franco-africaine. “Parce qu’ils connaissent les codes, ici et sur le continent, ils sont des ambassadeurs naturels pour tisser des liens nouveaux.” confirmait Wilfrid Lauriano do Rego, nouveau conseiller présidentiel au sujet de l’Afrique.

Voir les commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom