La chute du pouvoir de Mouammar Kadhafi en 2011 a plongé la Libye dans une profonde instabilité politique et sécuritaire. Malgré la mise en place d’un Gouvernement d’Union Nationale, la Libye est dans l’anarchie la plus totale et est à la merci de différentes bandes armées qui se livrent un combat sans merci pour le contrôle de certains points stratégiques tels que les raffineries de pétrole.

Deux hommes forts se disputent actuellement le pouvoir en Libye, il s’agit du maréchal Khalifa Haftar qui est à la tête de l’Armée Nationale Libyenne (ANL) et de Fayez Al-Sarraj qui dirige le Gouvernement d’Union nationale (GNA) reconnu par la communauté internationale. En Avril dernier, le maréchal Haftar avait lancé une offensive sur Tripoli, la capitale libyenne pour définitivement prendre l’avantage sur les forces du GNA.

la voie pacifique écartée

Les forces d’Al-Sarraj ont opposé une vive résistance à l’assaut de l’ANL, ce qui a conduit à un enlisement de la bataille de Tripoli. Au cours de cette bataille, de nombreux civils ont perdu la vie et l’ONU avait appelé l’ANL et le GNA a entamé des discussions pour trouver une solution pacifique au conflit. Mais ce samedi 07 Août, l’ANL du maréchal Haftar a rejeté la proposition de l’ONU. Selon le général Ahmed Al-mesmari, porte-parole des troupes d’Haftar, il n’y a que la solution militaire qui est envisageable pour résoudre le conflit. ” La bataille pour Tripoli est dans sa phase finale. La solution militaire est la meilleure solution pour restaurer la sécurité et rétablir la loi” dira le général  Al-Mesmari

Voir les commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom