Des douaniers béninois (ph d'illustration)

Un premier acte du Bénin pour freiner la contrebande vers le Nigéria qui a décidé de la fermeture partielle de ses frontières avec ses voisins depuis plus d’un mois. Le directeur de la douane béninoise appelle les directions sous sa tutelle à un respect strict de la lite des produits interdits d’importation sur le pays de Muhammadu Buharia.

Le directeur général des douanes et droits indirects du Bénin, Charles Inoussa Sacca Boco, rappelle à tous les services de la douane béninoise les produits prohibés à l’importation au Nigéria. Au total, 29 produits mentionnés dans sa notre de service adressée auxdits services. Ce rappel intervient dans un contexte marqué par le verrouillage des frontières du Nigéria avec le Bénin et autres pays depuis le 20 août 2019.

C’est une liste de produits qu’avait communiquée la douane nigériane à la douane béninoise par le biais de son Ambassade dans le cadre de l’exécution des décisions contenues dans le mémorandum de Badagry signé le signé le 14 août 2003  et en application de l’accord quadripartite conclu entre le Bénin, le Ghana, le Niger et le Togo, d’après le notre du directeur général des douanes et droits indirects du Bénin. Il invite tous les services sous sa direction à un respect strict dans le cadre de l’accomplissement des contrôles.

Une première réaction à l’appel de Buhari

La mesure de fermeture partielle de frontières prise par le Nigéria vise la lutte contre la contrebande et tout échange commercial illégal avec ses voisins concernés par la mesure. «Nous ne pouvons plus permettre la contrebande à des proportions si alarmantes», affirmait le président Nigérian Muhammadu Buhari à Yokohama, au Japon, en marge de la 7ème Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l’Afrique (TICAD7).

Buhari demandait aux pays concernés de prendre des mesures pour réduire le niveau de la contrebande à travers leurs frontières. Ce rappel du patron de la douane béninoise est peut-être une rédaction à cette invite après le Niger. Certainement que cet accord n’était pas respecté, ou du moins, il y avait beaucoup de failles dans l’application.

Et si le Bénin négociait ?

La présente fermeture des frontières nigérianes est l’une des plus longues et plus dures pour le Bénin. Les incidences sur l’économie béninoise sont énormes. Que feront ces opérateurs béninois qui ont déjà importé au Bénin ces produits pour le transit vers le Nigéria ? La population béninoise en souffre déjà. Des issues de sortie seront certainement trouvées si le Bénin entrait en négociation avec le géant de l’Est. Pourquoi ne pas négocier un moratoire, entre autre ? Outre ce rappel de la douane, aucune information officielle dans ce sens. Plutôt, ce serait mieux.

Voir les commentaires

6 Commentaires

  1. Buhari…pourrait exiger…la reprise des élections législatives…cette fois ci inclusives..le retour de tous les exilés politiques…l’instauration des libertés…individuelles et collectives…la fin de l’acharnement judiciaires…administratifs..

    Dis je..avant toute réouverture des frontières..

    Quand korogoné nous disait..péremptoire…que les élections seront reprises..et que les sous..devaient etre rembousés…

    Dis je ..c’est maintenant que je comprends

  2. Les charlatans qui sont aux affaires au bénin pensent avoir la science infuse ; ils connaissent tout , ils pensent être plus rusés , intelligents que tout le monde , prétentieux , arrogants , et vlan , pour leur bouille ; le chef maigrit , passe des nuits blanches , fait sortir du tiroir par des seconds couteaux douaniers un chiffon vieux de plus de 10 ans ; douanier laourou , vient l’ouvrir maintenant ; on vous fera rendre gorge

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom