Dialogue politique au Bénin: «On aurait pu mieux faire» (Noël Chadaré)

Le secrétaire général Confédération des organisations syndicales indépendantes (COSI-Bénin), Noël Chadaré a été l’invité de l’émission zone franche de Canal3 Bénin ce dimanche 27 octobre. Il s’est prononcé sur le dialogue politique et les recommandations qui y ont été formulées. Noël Chadaré semble acquis à la cause. Pour lui, l’idée du dialogue politique est à saluer.

Sauf que, selon le syndicaliste, «on aurait pu mieux faire». Il estime qu’ «on aurait pu associer tous les partis politiques et la société civile. Tout le monde devrait être convié à ce dialogue, tous les acteurs politiques qui sont à la base de cette crise devraient être à ce dialogue». Le secrétaire général de la COSI-Bénin a précisé que «nous tous nous sommes concernés. Car, la politique c’est la gestion de la cité». Il pense que «si on veut vraiment faire la paix, il faut inviter tout le monde».

Publicité

Des recommandations du dialogue

L’invité est en adéquation avec les recommandations issues du dialogue politique des 10, 11 et 12 octobre 2019. Il trouve que c’est une bonne chose que le code électoral et la charte des partis politiques soient corrigés. Car, il faut permettre à tout le monde d’aller aux élections et laisser le peuple faire ses choix. Il n’est pas contre les élections générales mais estime qu’il y a une autre possibilité pour ne pas éprouver les finances publiques.

De même, il relève que les élections générales induisent une révision de la constitution donc il faut prendre des précautions. C’est pourquoi, Noël Chadaré est totalement en phase avec le chef de l’Etat par rapport à la question de révision de la constitution. Il trouve aussi bon la recommandation concernant le statut de l’opposition. Mieux, il pense qu’il faut renouveler le personnel politique du pays. Il va plus loin pour indiquer qu’il est temps de limiter le mandat des députés.

 Il est aussi en phase avec une discrimination en faveur des femmes de même que le financement des partis politiques. Il a invité les politiciens béninois à travailler pour la paix. Pour lui, ils doivent œuvrer pour l’intérêt général. Le seul point ou le secrétaire syndical n’est pas totalement d’accord est la loi d’amnistie en faveur de ceux qui sont impliqués dans les drames du 1er et 2 mai 2019 et ceux de Tchaourou et Savè. Noël Chadaré pense que c’est allé vite. Il y a un saut d’étape. Il est impératif de situer d’abord les responsabilités avant l’amnistie. Pour finir, il a invité les politiciens béninois à travailler pour la paix. Pour lui, ils doivent œuvrer pour l’intérêt général.       

3 réponses

  1. Avatar de OLLA OUMAR
    OLLA OUMAR

    Chadare , tout comme lokossou , todjinou , vous êtes disqualifiės , c’est bien vous qui nous avez amene talon , et vous parlez encore ; tchrous .
    Pour le prix payé par sa privation de liberté , nous accepterons les excuses de Laurent Metognon, qui le moment venu sera porté en triomphe par les beninois

    1. Avatar de Joeleplombier
      Joeleplombier

      ????

  2. Avatar de Joeleplombier
    Joeleplombier

    Chadare syndicaliste ???
    Que vient faire un syndicaliste dans les affaires politiques ???
    N’a t-on pas offert gracieusement un poste au conseil économique et social à ce dernier ???
    Qu’il s’occupe de sa corporation.
    On viendra me dire ici qu’il parle en sa qualité de citoyen. Je dis non. Assez de sous-entendus dans ce pays
    Je reviens
    Le Plombier

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers commentaires