Photo : Pr Bénin

Romuald Wadagni, le ministre béninois des finances a récemment participé à la réunion des ministres des finances et des responsables des institutions économiques et monétaires de la zone franc à Paris. Au cours de la conférence de presse qui a sanctionné cette réunion, l’argentier national a fait cas du niveau de préparation de l’Uemoa dans le cadre de son passage à la future monnaie de la Cedeao : l’Eco.

Pour Romuald Wadagni, l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine dont il est le président du Conseil des ministres, est assez avancée. Elle respectera donc le calendrier établi par la Cedeao concernant 2020. En effet, c’est  cette année-là que la future monnaie devrait être mise en circulation. « Dans la zone Uemoa, l’ensemble des pays devraient respecter tous les critères de convergence du premier rang en 2020 (…) L’Uemoa est donc prête à passer à l’Eco » a déclaré le ministre béninois des finances selon des propos rapportés par le journal l’Evènement Précis.

…la fixité de la parité euro et Cfa transformé en éco sera maintenue

L’argentier national précise cependant que la “fixité de la parité euro et Cfa transformé (en) éco” sera maintenue tant que l’ensemble des pays de la Cédéao ne seront pas dans la monnaie. L’autre sujet abordé par Romuald Wadagni au cours de cette conférence de presse, c’est l’initiative du président Talon par rapport au financement de la sécurité en Afrique de l’Ouest. Pour le ministre des finances béninois, son patron croit fermement, qu’il n’y a pas d’économie stable et forte sans sécurité.

Mise en circulation de la monnaie “Eco” en 2020: « Le Bénin est prêt » selon R. Wadagni 

Il parait donc nécessaire de se méfier des financements étrangers destinés aux pays sous la menace du terrorisme. Ces financements ont souvent pour corollaire le blanchiment d’argent, ce qui ne fait aucun bien à la croissance du PIB de ces pays. C’est pour prévenir cet état de choses que les pays de l’Afrique de l’Ouest ont décidé de dégager un financement conséquent pour lutter contre ce fléau qu’est le terrorisme et garantir ainsi leur sécurité, fait-il savoir.

Voir les commentaires

12 Commentaires

  1. Il ne faut pas compter sur les dirigeants africains. Ils ont un flingue sur la tempe et/ou se sont résignés à la servitude pour quelques miettes. Ce sont les peuples qui doivent agir ensemble. Malheureusement, la France (l’oligarchie dirigeante) ne renoncera jamais d’elle même à ce système de prédation. La libération de l’Afrique “francophone” passera nécessairement par le rapport de force. Il faut être lucide!

  2. SINCÈREMENT C EST DÉPLORABLE POUR CERTAINS PAYS FRANCOPHONES QUI CHERCHENT À TOUT PRIX À SERVIR LA FRANCE TOUT EN ACCEPTANT LA LOI DICTÉE PAR CETTE DERNIÈRE.EN TOUT NOUS ON VEUT SE DÉBARRASSER DE LA FRANCE ET SA MONNAIE TERRORISTE.VIVE LE PANAFRICANISME ET VIVE LA GÉNÉRATION CONSCIENTE

  3. Ce ministre ne comprend rien. Pourquoi changer si ce n’est pas pour avancer. J’espère que le Nigeria n’acceptera pas ce genre de combine entre la France et ses anciennes colonies.

  4. C’est être **** de changer le nom de la monnaie et maintenir la fixité. Je ne vois en quoi vous nous apporter de changement. Vous vous trompez et vous trompez toute la nation africaine. La nature ne vous le pardonnera jamais.

  5. Pauvre Romuald. C’est toujours difficile de parler des choses qui nous sont étrangères…
    La France veut encore faire de la récupération pour continuer de tenir en leste ses anciennes colonies d’Afrique. Et bien entendu, avec le soutien actif et inconditionnels des pseudo dirigeants africains francophones… toujours aptes pour cette sale besogne.

  6. Les déclarations du ministre béninois des finances ne sont pas des déclarations officielles de l’Assemblée des chefs d’États de la CEDEAO.

  7. Là il parle du n’importe quoi? C’est une application de la thèse développée début 2000 par des experts dont on connaît l’acquointance avec la France, qui suggèrent que, pour une intégration monétaire réussie en Afrique de l’ouest, les pays hors cfa doivent adhérer individuellement au CFA. Etude UNANIMEMENT rejetée par une réunion technique des experts francophones comme anglophones de la sous région. C’est suspect que les pays uemoa, la côté d’ivoire de Ouattara en tête, s’expriment aussi!!!

  8. c’est bien beau tout ce que vous avez dit et la faisabilité? Nous entendons beaucoup de chose nous ouest africains.si c’est simplement changer le nom de CFA au profit de Eco, nous n’avez rien fait de nouveau.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom