L’attaque qui s’est déroulée il y a quelques jours au sein de la préfecture de police de Paris continue de beaucoup faire parler. L’auteur de l’attaque était un fonctionnaire de police qui a ainsi tué froidement 4 de ses collègues à l’aide d’une arme en céramique. Christophe Castaner a indiqué à plusieurs reprises que rien ne pouvait montrer que l’assaillant allait se radicaliser et commettre sa folie.

De nombreux responsables politiques de l’opposition ont exprimé leur indignation face à la gestion du ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner dans cette affaire. L’opposition estime que le locataire de la place Beauvau n’a pas fait attention aux signaux d’alertes qui auraient permis d’interpeller à temps l’assaillant de la préfecture de police. Ce mardi 08 octobre, Castaner a été auditionné par la commission des lois de l’Assemblée nationale.

“Je constate que vous avez une barbe vous-même”

Devant la commission, le premier flic de France a égrené un certain nombre de points qui peuvent permettre de reconnaître un individu qui est en train de se radicaliser. ” Une pratique religieuse rigoriste, particulièrement exacerbée en matière de ramadan, c’est un signe. Un changement de comportement dans l’entourage, le port de la barbe, qu’il fasse la bise ou qu’il ne la fasse plus (…)” dira Christophe Castaner qui a ensuite énuméré d’autres signes qui peuvent alerter sur la radicalisation d’un individu donné. “Ce sont des indices qui doivent permettre de déclencher une enquête approfondie sur ces sujets”dira le ministre.

Attaque d’un policier : la France sous le choc cherche des solutions 

Face aux arguments livrés par Christophe Castaner, l’honorable député, M’jid El Guerrab a tenu à mettre les choses au clair et de mettre en garde le ministre de l’Intérieur sur les pistes qu’il a avancé. Sur la question de la barbe M’jid El Guerrab a pris Castaner en illustration: ” Je constate que vous avez une barbe vous-même, si vous étiez musulman, j’espère que vous ne serez pas signalé” dira le député qui estime donc qu’il ne faut aller trop vite en besogne dans les analyses.

Voir les commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom