Erdogan

Hier mardi 05 novembre, le président turc Recep Tayip Erdogan annonçait la capture de la sœur du « calife » décédé de Daech, Abou Bakr al-Baghdadi. Rasmiya Awad, 65 ans, sœur aînée de Baghdadi était « un autre exemple du succès de nos opérations de lutte contre le terrorisme » avait déclaré Erdogan avant de se dépêcher de révéler la source potentielle de renseignements sur les rouages, l’organisation interne et pourquoi pas le modus operandi de Daech, que pouvait représenter la sexagénaire.

Une autre prise pour Erdogan

Ce mercredi encore, il revient sur le devant la scène pour dire qu’il avait désormais à sa merci, l’épouse de l’ancien chef de l’Etat Islamique. « Les Etats-Unis ont déclaré que Baghdadi s’était tué dans un tunnel. Et Ils en ont fait tout une campagne de communication (…) nous avons capturé sa femme et nous n’avons pas fait autant de bruit »a déclaré le président turc devant un parterre d’étudiants en théologie à l’Université d’Ankara.

al-Baghdadi : Ankara tente de soutirer des informations auprès de sa soeur 

Pour lui, son pays a opté pour la modestie sur les “succès opérés” sur Daesh, contrairement aux américains qui fanfaronnaient après la mort de al-Baghdadi. Il a révélé aux étudiants en théologie  qu’il leur offrait ce mercredi la primeur de l’annonce.

Si la sœur aînée de l’ancien chef de l’Etat Islamique, représentait une source intéressante d’informations, on pourrait volontiers croire que l’épouse de celui-ci pouvait en terme de renseignements, être d’un intérêt majeur. Mais rien était moins sûr si on comprenait la place de la femme dans la structure sociale des organisations islamistes.

Voir les commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom