Ce jeudi, le groupe terroriste Etat Islamique confirmait, dans un enregistrement audio la mort de Abou Bakr al Baghdadi, le chef du groupe Etat islamique (EI) mort le mois dernier lors d’un raid des forces spéciales américaines, et promettait des représailles. Mais ce lundi, les forces turques engagées dans la « sécurisation » des zones anciennement contrôlées par les forces séparatistes kurdes, révélait avoir réussi à capturer, la sœur du leader terroriste défunt, Rasmiya Awad accompagnée de ses cinq enfants.

Une capture pour du renseignement…

Selon l’Agence de presse Reuters, à qui la confidence aurait été expressément faite, la sœur du terroriste aurait été capturé après un raid près de la ville d’Azaz située au nord de la Syrie et contrôlée par la Turquie. Une information que l’agence n’aurait pas encore confirmé, tant peu d’information serait disponible sur cette parente du leader qui se serait suicidé.

Mais cela n’avait pas empêché, Fahrettin Altun, directeur de la communication du président Erdogan, d’assimiler cette arrestation à une nouvelle preuve du succès des « opérations de lutte contre le terrorisme » et bien entendu à montrer par tenter de justifier par ce fait le bien-fondé de leur offensive sur les territoires kurdes, il y a quelques semaines.

«Notre détermination à rendre justice à ceux qui cherchent à terroriser notre peuple et à déstabiliser notre région ne peut être mise en doute», aurait-il publié substance sur Twitter.  Tout en prenant soin de préciser, « Nous menons la lutte contre le terrorisme sous toutes ses formes ».

Une lutte qui passerait certainement par un interrogatoire en règle de Rasmiya Awad. « Nous espérons réunir une mine de renseignements de la part de la soeur de Baghdadi sur le fonctionnement interne de l’EI » aurait révélé la source de l’agence de presse. Abou Bakr al Baghdadi,  avait lui-même, longtemps été un inconnu pour les services renseignements occidentaux, alors qu’il dirigeait une organisation qui de 2014 à 2017 avait « régné » sur de vastes régions de l’Irak et de la Syrie. Et son présumé successeur , Abou Ibrahim al-Hashimi al-Qurayshi le serait tout autant.

Voir les commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom