kremlin.ru CC BY 4.0

C’est à partir du 11 novembre prochain qu’Ankara commencera à renvoyer les membres de Daesh étrangers, détenus dans les geôles turques. En tout et pour tout, ce sont 1150 membres de l’État islamique qui seraient concernés par cette mesure annoncée le 8 novembre, par le ministre turc de l’intérieur.

Interrogé par l’agence de presse Anadolu, Süleyman Soylu a effectivement confirmé que la Turquie allait passer à l’action dans les prochains jours. «Nous vous disons que nous allons vous les renvoyer. Nous commencerons à partir de lundi 11 novembre », a-t-il ainsi affirmé, ne révélant toutefois pas les noms des nations concernées par cette mesure. Une annonce qui n’est toutefois pas une surprise puisque la Turquie a plusieurs fois appelé les gouvernements concernés à récupérer leurs ressortissants emprisonnés, capturés en Syrie.

La Turquie hausse le ton

Toutefois, ces pays ne semblent pas être vraiment favorables à cette annonce, eux qui considèrent le rapatriement d’anciens de Daesh, comme un gage d’insécurité intérieure. Une annonce qui intervient également alors que la Turquie est directement accusée d’avoir ouvert la porte à un retour de Daesh en s’en prenant directement aux forces Kurdes YPG, (Unité de protection du peuple), affiliées au PKK, mouvement considéré comme terroriste par Ankara.

al-Baghdadi : Après sa sœur, Erdogan affirme que sa femme a été arrêtée 

Une série d’offensives visant à faire reculer les Kurdes de la frontière turque a ainsi été mise en place. Aujourd’hui, la Turquie semble ainsi avoir pris une décision radicale et comme l’a affirmé le 4 novembre dernier le ministre Soylu, rien ne la fera reculer. Ainsi, les prisonniers seront renvoyés dans leurs pays d’origine même si les gouvernements concernés se décidaient à leur retirer la nationalité.

Voir les commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom