Photo d'illustration

La veille des élections des gouverneurs des Etats de Bayelsa et de Cogi, le Centre pour la démocratie et le développement (CDD) a dévoilé dans un communiqué que les membres de la Commission électorale nationale indépendante (INEC) auraient reçu des pots-de-vin.

L’organisation non gouvernementale a notifié qu’un parti politique en liste pour les élections aurait stipendié des membres de l’INEC dans l’Etat de Kogi à hauteur 1 000 de dollars pour qu’ils proclament les résultats des élections en sa faveur. Selon le communiqué du CDD, les délégués qu’il a envoyés sur le terrain auraient attesté l’information.

Distribution de pagne et de riz

D’après l’ONG, dans l’Etat, il aurait été constaté une multiplication dans les agences de change, du nombre des personnes qui sont venues changer 1.000 de dollar USD en monnaie locale. Le CDD, a affirmé qu’il aurait constaté que des partis politiques ont épargné de l’argent en vue du jour du scrutin. Les observateurs de l’organisation des droits humains, auraient fait le constat de la distribution de présents aux électeurs sur le terrain.

Il s’agirait notamment de pagne et de riz. L’usage de l’argent pour détourner les élections selon le CDD est contraire à la déontologie de la démocratie. Il condamne pour cela avec la dernière rigueur, toutes les formes de manipulation des personnes en charge des élections. Le communiqué a rappelé que l’actuel code électoral dans ses articles réprouve la corruption sous toutes ses formes.

Le Centre pour la démocratie et le développement a fait appel aux organes de lutte contre la corruption spécifiquement la Commission indépendante des pratiques de corruption et autres infractions connexes (ICPC) à mener des investigations profondes sur les information qu’il a livré afin de demander raison aux acteurs de ces « crimes électoraux »

Voir les commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom