Patrice Talon, le chef d'Etat béninois

Le débat autour de la monnaie commune des pays de la zone franc en Afrique, le franc CFA, n’est certes pas une nouveauté. Mais force était de constater que depuis quelques années, la crise économique mondiale aidant, le ton montait chez les détracteurs de la monnaie et des avancées étaient enregistrées. Même chez les politiques et autres responsables gouvernementaux. Jeudi dernier, le président béninois, Patrice Talon, lui n’avait pas hésité à mettre les pieds dans le plat.

Le Bénin en précurseur ?

Ce jeudi au cours d’une interview accordée à Radio France Internationale (RFI), un président africain, le président Patrice Talon, pour la première fois publiquement révélait haut et fort la volonté des pays membres de la zone franc de délester le Trésor public Français, des réserves qu’ils y avaient faites pour assurer et garantir la parité du CFA avec l’Euro.

Une révélation importante, et qui pour bien des observateurs pourrait marquer l’épilogue au débat sur la pérennisation du CFA et sonner le tocsin pour une nouvelle ère monétaire et économique pour les pays de l’UEMOA d’abord et pour toute la région ensuite. « Nous sommes tous d’accord là-dessus, à l’unanimité, pour mettre fin à ce modèle » avait asséné le président béninois, ajoutant à toutes fins utiles, que ce serait « La banque centrale des pays d’Afrique de l’UEMOA » qui serait désignée pour « gérer la totalité de ces réserves de devises ».

Des propos qui auraient sur la toile, bénéficié d’un important écho auprès des communautés africaines en ligne. Surtout après la notoriété du discours de Mme Nathalie Yamb, conseillère du candidat ivoirien Mamadou Coulibaly aux prochaines élections présidentielles, au cours du sommet Russie-Afrique à Sotchi, il y a quelques jours. Pour Martial Ze Belinga, économiste, les propos du chef de l’état béninois sonnaient le glas à une « rente coloniale » et ajoutait en substance que les pays de la zone franc étaient entrés dans un «  processus de décolonisation économique ».

Voir les commentaires

5 Commentaires

  1. On se fiche de savoir quelle banque centrale détient les réserves de change pour assurer la parité cfa euro.
    Notre gouvernement reçoit les intérêt comme dans tous les systèmes bancaires du monde.
    Moi ce qui m’intéresse c’est de savoir si le cfa ou l’eco va être devalué et combien je vais payer mon pain, mon essence, mes médicaments.
    Le reste je m’en fiche, ma fierté c’est de pouvoir élever mes enfants et de pouvoir continuer à payer leurs écoles. Car ici c’est pas la France, on paye pour tout et on a aucune aide…

  2. Pour une fois, je suis sur la même longueur d’onde que Patrice TALON. Si c’est bon on dira que c’est bon!!!
    Même si je le déteste, il fait bon je dirai.

    Toutefois, sa déclaration est elle la suite d’un travail en amont avec ses collègues Chef d’Etat???
    Le Bénin ne pèse rien dans l’UEMOA pour décider de quoi que ce soit. Si c’est une déclaration sans suite, il serai mieux pour lui de n’avoir pas tenu ces propos. Car les français ne vont pas le rater!!!

  3. Enfin, pour la première fois depuis 1960, un vrai PRÉSIDENT émerge des ”etatspoussieres” de degaulle. États non viables et mendiants, avec jusque là à leurs têtes des niais et nègres de maison.

  4. Il a toujours travaillé dans l’ombre sans publicité
    Sans se promener en hélicoptère au frais du trésor public
    Une fois de plus le Benin est révélé et Talon ; le compétiteur né en est le précurseur
    Saluons l”homme d’État.
    Je passais
    Le Plombier

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom