Des gilets jaunes(archives) Photo : Thomas Samson / AFP

Le procureur de la République de Paris a informé par un communiqué de ce que deux policiers comparaîtront devant le tribunal pour des faits concernant les manifestations des Gilets jaunes du 1er Mai. Les deux policiers qui comparaissent sont les deux premiers d’une longue liste de cas faisant l’objet d’enquête auprès des forces de sécurité, notamment l’IGPN auquel 212 cas d’enquêtes ont été confiés.

Les deux policiers qui comparaitront bientôt devant le tribunal correctionnel sont accusés de « violences volontaires par personne dépositaire de l’autorité publique ». Les deux sont accusés pour leur intervention durant la manifestation du 1er mai. L’un est accusé d’avoir assené à un manifestant des gifles dont ce dernier devrait se souvenir pendant longtemps. Ces gifles auraient d’ailleurs occasionné au manifestant une incapacité de travail dépassant huit jours.

Bientôt 18 autres cas devant la justice

L’autre policier est devant le tribunal pour avoir jeté un pavé dans les manifestants. Il n’a pas causé d’incapacité, mais comme le premier, il a été filmé par des manifestants qui ont partagé les images sur des réseaux sociaux. Outre ces deux cas, 18 autres dossiers concernant les policiers ont été confiés à des juges d’instruction chargés de mener les investigations. En outre, 72 autres cas sont encore en analyse.

Déjà des milliers de blessés

Ces affaires incluant des forces de sécurité viennent conforter les Gilets Jaunes qui se plaignent régulièrement de violences policières pendant les répressions des manifestations depuis un an que les hostilités ont été déclenchées. On se souvient du cas de Jérôme Rodrigues grièvement blessé à l’œil alors qu’il ne paraissait pas vraiment comme un danger ce jour-là. De source officielle, 2 448 personnes ont été déjà blessés parmi les manifestants Gilets jaunes tandis que 1 797 forces de l’ordre ont été aussi blessés depuis le début des manifestations.

Voir les commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom